Article

LE PROJET DE RECHERCHE SUR LES CAMPS D’ÉTÉ CANADIENS

Posté le 5 décembre 2011 par spreston

Une preuve documentée vient enfin confirmer la conviction qu’entretenaient les directeurs de camp depuis la création des camps organisés au Canada il y a plus de cent ans : le camp exerce une influence positive sur le développement et l’épanouissement des jeunes.

Cette preuve scientifique fait l’objet d’un document de vingt pages intitulé Le projet de recherche sur les camps d’été canadiens, publié récemment par le Dr Troy Glover  et son équipe de recherche de l’Université de Waterloo, en Ontario. Étalée sur cinq ans, l’étude a été financée par l’Association des camps du Canada et l’Université de Waterloo. Par des entrevues avec le personnel et l’observation des campeurs à la grandeur du Canada, l’étude a scruté les résultats de l’expérience des camps d’été canadiens. La recherche a porté sur cinq points : intégration sociale et citoyenneté, sensibilisation environnementale, attitudes envers l’activité physique, intelligence émotionnelle et confiance en soi ainsi que développement personnel. Les moniteurs ont observé les comportements, attitudes et valeurs des campeurs du début à la fin du séjour au camp, et formulé des commentaires. L’équipe de recherche a ensuite examiné les transformations qui s’opèrent tout au long du camp. L’analyse des sondages dénote des progrès positifs importants pour les cinq points d’observation.

Les statistiques indiquent qu’au camp les enfants ressentent un sentiment d’appartenance. Dans cet environnement sécuritaire, de nouvelles amitiés se créent, parfois avec des personnes qu’ils jugent différentes. Les résultats démontrent que les campeurs règlent leurs conflits personnels d’une façon positive. Plus de la moitié des campeurs observés dans l’étude savent mieux protéger l’environnement et adopter des attitudes et des comportements respectueux de l’environnement. Près des deux-tiers des campeurs se sont montrés plus favorables envers l’activité physique à la fin de leur séjour au camp. Au moment où l’on se préoccupe davantage des styles de vie sédentaires et de l’obésité infantile, ce résultat est significatif. Chez près de 70 % des campeurs, on dénote une croissance positive du quotient émotionnel, la capacité de reconnaître et d’examiner leurs propres émotions et celles de leur entourage en fonction de l’âge. Pour 67 % de l’ensemble des campeurs, le sens de l’indépendance et la confiance en soi sont nettement en hausse.
Indépendamment des différences selon l’âge, le sexe et l’expérience des camps (novices ou habitués), il est évident que tous les campeurs ont connu des résultats et des progrès positifs. Les expériences au camp peuvent favoriser une nette amélioration dans le développement interpersonnel et personnel sur une période de temps relativement brève.

Que signifient les résultats de ces recherches pour la communauté des camps? Nous disposons maintenant d’une preuve documentée pour appuyer nos entretiens avec les parents sur les avantages indéniables des camps. Nous pouvons sensibiliser nos employés à l’influence marquante qu’ils exercent sur les campeurs qui leur sont confiés. Nous avons les éléments voulus pour justifier auprès de nos conseils d’administration l’importance du travail que nous accomplissons. Enfin, nous pouvons démontrer à nos bailleurs de fonds l’importance de l’accessibilité des camps au plus grand nombre de jeunes possible.

Après un siècle de camp au Canada, le Dr Troy Glover et son équipe de recherche à Waterloo ont prouvé que le camp constitue un endroit idéal pour les enfants de tous âges et capacités pour apprendre et grandir. On trouvera un résumé du rapport à la section des membres du site Web de l’ACC.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
spreston@sixsix8.com'