Posts Tagged ‘Directors’

Explorez la culture et l’histoire du Canada avec les ressources de l’Institut Historica-Dominion

Posté le 9 avril 2013 par CCA Communications Committee

Historica Dominion Institute - Canadian Camping AssociationVous cherchez des ressources d’activités gratuites pour vos vacanciers? Explorez l’histoire naturelle et culturelle du Canada, grâce aux programmes que l’Institut Historica-Dominion offre gratuitement aux jeunes.

Emmenez vos vacanciers de 8e année à l’aventure dans l’un des parcs nationaux, des lieux historiques nationaux ou des aires marines nationales de conservation de Parcs Canada – et ce, gratuitement! Le programme Mon Passeport Parcs offre, à tous les élèves de 8e année/2e secondaire, l’entrée gratuite dans tous les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et les aires marines nationales de conservations de Parcs Canada pendant une année complète – y compris l’été! Pour obtenir de plus amples renseignements et télécharger le guide d’activités Mon Passeport Parcs, consultez le www.monpasseportparcs.ca.

Quel est votre niveau de connaissance du Canada? Mettez les connaissances nationales de vos vacanciers à l’épreuve et relevez le Défi de la citoyenneté canadienne pour courir la chance de gagner des prix formidables, dont un voyage à Ottawa! Pour en savoir davantage sur le Défi, consultez le www.defidelacitoyennetecanadienne.ca!

Explorez la richesse et la diversité de l’histoire et de la culture du Canada, en organisant gratuitement la visite d’un orateur à votre camp! Donnez vie à la diversité de votre collectivité en réservant la visite d’un orateur de Passages vers le Canada. Il vous livrera son témoignage inspirant sur l’immigration et la diversité, en personne ou par Skype. Pour tout complément d’information, consultez le passagesverslecanada.com!

Organisez la visite d’un membre du Bureau des orateurs du Projet Mémoire. Invitez un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale ou un membre actif des Forces canadiennes à faire connaître leurs expériences militaires diversifiées à vos vacanciers. Pour tout complément d’information, consultez le www.leprojetmemoire.com.

L’Institut Historica-Dominion est le plus grand organisme indépendant voué à la promotion de l’histoire et de la citoyenneté canadiennes. Son mandat consiste à former des citoyens engagés et informés grâce à une connaissance et à une appréciation approfondies de l’histoire, du patrimoine et des mémoires du Canada. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les programmes ci dessus (et plus encore!), consultez le www.historica-dominion.ca.

Dix conseils pour réussir son vidéo de camp

Posté le 2 avril 2013 par Travis Allison

Faire connaître son camp est un véritable défi. Avec la panoplie d’activités estivales disponibles, c’est de plus en plus difficile de se démarquer.

Les parents fondent leur choix de camp sur deux principaux facteurs : une référence par des personnes de confiance et un attachement au camp, à ses programmes et aux gens qui le fréquentent.

Le vidéo est un moyen efficace d’atteindre les familles sur ces deux plans. En créant un ou idéalement plusieurs vidéos, vous donnez à vos campeurs et à leurs parents quelque chose qu’ils peuvent transmettre à leurs amis – vous les aidez à recommander votre programme.

En créant des vidéos de camp, vous dévoilez aussi un peu de vous-même. Les parents doivent se sentir à l’aise de vous confier leur enfant, et c’est difficile de cacher qui l’on est vraiment dans un vidéo.

Voici dix conseils pour réussir votre vidéo de camp.

  • Éduquez. Plutôt que de vous servir de votre vidéo uniquement pour vanter les mérites de camp, enseignez aux parents comment choisir un camp; montrez-leur comment préparer leur enfant pour ne pas qu’il s’ennuie; expliquez votre politique interdisant les téléphones cellulaires.
  • Ciblez les enfants. Créez des vidéos courts, engageants et animés qui plairont aux enfants.
  • Montrez les chambres ou cabines. Les parents seront plus à l’aise de vous confier leur enfant en sachant où il dormira (voir aussi le conseil no 6).
  • Soyez bref. Vous disposez de 60 à 90 secondes sans interruption avant que vos auditeurs commencent à s’ennuyer. Si vous voulez qu’ils se rendent jusqu’à la fin de votre vidéo de trois minutes, il est mieux d’être excellent. Au-delà de trois minutes, vous les avez perdus.
  • Communiquez la raison d’être de votre camp. Vous voulez attirer des gens qui partagent une passion pour ce qui démarque votre camp des 15 000 autres établissements en Amérique de nord. Assurez-vous de montrer ce qui vous anime. INDICE : ce n’est pas votre nouveau bateau à moteur.
  • Montrez votre nourriture. Les parents veulent savoir où leurs enfants dormiront et ce qu’ils mangeront. En montrant la nourriture servie à votre camp, vous avez une avance sur 99 % des camps sur YouTube.
  • Interviewez vos moniteurs. Vos campeurs veulent voir des gens qu’ils connaissent et les nouveaux parents veulent voir qui prendra soin de leur enfant.
  • Planifiez d’avance. Je me sers de ce super vidéo du Camp Ouareau pour illustrer ce point. Vous disposez de deux, peut-être trois mois pour saisir toutes les images dont vous aurez besoin pour l’année. Dressez une liste des images et scènes à rassembler et confiez à quelqu’un la tâche de les filmer.
  • Connaissez vos mots-clés. Les mots-clés sont ce qui permet de vous trouver sur YouTube. En incluant les bons mots-clés dans la description et les balises vidéo, vous rejoindrez davantage de parents qui sont à la recherche d’un camp. Consultez le générateur de mots-clés YouTube.
  • Appuyez votre communauté. Interviewez des membres de votre personnel ou des familles qui font des choses à l’extérieur du camp.

– par Travis Allison, conseiller principal http://camphacker.tv

Les contes enrichissent l’expérience de camp

Posté le 12 mars 2013 par Joe Richards

Tout commence avec une histoire : « C’était une fois… »

Pour moi, cela a commencé quand j’étais campeur. J’adorais avant tout les feux de camp. Notre camp en tenait un tous les soirs. On allait au camp pour une semaine seulement et cinq fois pendant cette semaine, on s’assoyait autour du feu pour chanter des chansons, regarder des sketchs et écouter des contes.

Les contes ont frappé mon imagination, m’emportant vers un autre monde chaque soir. À la lumière vacillante du feu, j’écoutais les moniteurs conter leurs histoires. Lorsque j’ai entendu mon premier conte, Le meurtre de Dan McGrew, j’ai été transporté dans la ville minière où se déroulait le récit. Lorsqu’ils racontaient l’histoire d’un naufrage, j’étais sur l’île avec les personnages. J’étais toujours pris par surprise lors du dénouement. Le conte est quelque chose de magique qui devrait faire partie intégrante de l’expérience de camp.

Lorsqu’on veut transmettre l’histoire de notre camp, est-ce qu’on l’écrit sur une feuille qu’on distribue à tous les campeurs pour qu’ils puissent lire sur le « grand chef » ou « le disparu  »? Non. On partage ces expériences sous forme de conte. On se sert de la tradition orale pour transmettre les émotions, le ressenti et la solennité de l’expérience. Les contes que nous entendons restent gravés dans notre esprit longtemps après que les autres souvenirs de camp se soient estompés. On se souvient de notre séjour au camp et on le partage par des histoires. Vos campeurs retournent à la maison chaque été et racontent des milliers d’histoires sur le camp.

Le conte était au cœur de l’expérience à de nombreux camps, mais à un moment donné, il est passé au second plan. Doter votre camp d’une tradition de conte offre de nombreux bienfaits. Le conte a un pouvoir unique de transmettre des leçons de vie et de morale qui restent gravées dans l’esprit des campeurs longtemps après qu’un simple message se serait estompé.

Comment instaurer une tradition de conte au camp? Quelques suggestions :

1.    Commencez par raconter – cela peut sembler simpliste, mais si on ne raconte pas de contes, on ne créera pas de tradition.

2.    Ne lisez pas, racontez – très peu d’histoires doivent être lues mot par mot. Aidez vos moniteurs à inventer leurs propres histoires, à les adapter et en faire quelque chose pour lequel on se souviendra d’eux.

3.    Interagissez avec l’auditoire – choisissez des contes qui font participer les campeurs par des sons et des gestes. La répétition dans le conte est ici essentielle. De mémoire, la meilleure partie du conte Le meurtre de Dan McGrew, c’étaient les sons et les gestes associés à chaque personnage qui faisaient en sorte que les campeurs étaient suspendus aux lèvres du moniteur en anticipant leur rôle.

4.    Fournissez des ressources – mettez des livres contenant des contes à la disposition des moniteurs. Demandez-leur d’arriver au camp avec un conte préparé et faites-leur-le raconter pendant la formation – cela les aidera à parler en public et vous aidera à trouver parmi vos moniteurs de grands conteurs que vous n’auriez peut-être jamais soupçonnés.

Le conte est un art qui s’apprend. Le conte doit être encouragé au camp. Le conte est ce que nous faisons chaque jour lorsqu’on explique pourquoi un enfant devrait aller au camp. Et vous, êtes-vous bon conteur?

(English) Second National Camp T-Shirt Day

Posté le 5 mars 2013 par Mike Stewart

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.

Le Défi Bondar

Posté le 26 février 2013 par CCA Communications Committee

Dr Roberta Bondar est une icône canadienne surtout connue pour son voyage à bord de la navette Discovery en tant que première neurologiste au monde et première femme au Canada dans l’espace. Au cours de sa prolifique carrière, elle a cumulé les métiers de scientifique, médecin, astronaute, auteur, éducatrice en environnement et photographe professionnelle.

À  l’été 2012, la fondation Roberta Bondar s’est associée à l’Association des camps du Canada dans le but de lancer le Défi Bondar, mettant le programme à l’essai dans cinq camps d’été. S’inspirant du succès du Défi Bondar dans les écoles, le défi amène les campeurs à se servir d’un appareil-photo pour apprendre sur l’environnement. Les campeurs sont appelés à prendre en photo une scène de biodiversité dans leur environnement, puis de rédiger un énoncé accompagnant la photo. Mariant l’art de la photographie avec les sciences de la nature, le programme favorise un rapprochement avec la nature et sensibilise les participants à la protection de l’environnement et à la citoyenneté globale. Les images et énoncés qui remportent le concours voyageront avec l’exposition itinérante de la fondation.

Vous pouvez visionner les images gagnantes de l’édition 2012 sur la page du Défi Bondar du site Web de la fondation Roberta Bondar.

Votre camp peut participer au Défi Bondar dès l’été 2013.

Rôle de la fondation

Les frais d’inscription de 25 $ par responsable comprennent :

  • Un accès illimité au programme pour l’été 2013 par les moniteurs formés;
  • Une trousse contenant tous les renseignements sur le programme (règles, critères d’évaluation, date limite, directives de soumission, etc.);
  • Des documents de formation à l’intention des moniteurs livrant le programme, y compris des attestations de formation signées par la Dr Bondar;
  • Un accès en ligne aux outils de formation, documents, règlements et instructions du programme;
  • Un macaron numérique pour les moniteurs qui remplissent une évaluation du programme à la fin de l’été;
  • La reconnaissance comme camp participant sur le site Web de la fondation Roberta Bondar;
  • Les images gagnantes seront publiées sur le site Web de la fondation.

Rôle du camp

Les camps s’engagent à ce qui suit :

  • Les moniteurs livrant le programme doivent suivre la formation en ligne sur le site Web de la fondation;
  • Les participants doivent y consacrer au moins six heures réparties sur au moins deux jours;
  • Les campeurs et le personnel recevront les droits d’accès nécessaires pour visionner les images, rédiger les énoncés et faire leurs soumissions en ligne;
  • Le personnel sera appelé à répondre à un questionnaire en ligne au sujet de l’expérience.

S’inscrire

Les camps membres de l’ACC peuvent s’inscrire en ligne sur le site Web de la fondation Roberta Bondar au www.therbf.org.

La période d’inscription débute le 1er mars 2013 et se termine le 30 avril 2013 à 20 (HNE).

Programme de plantation d’arbres 2013 de la Fondation ChariTREE

Posté le 12 février 2013 par CCA Communications Committee

Ce programme est ouvert à tous les camps canadiens, y compris ceux qui ont planté des arbres lors des années précédentes.

COMMANDE

Communiquez avec votre représentant provincial (indiqué ci-dessous) d’ici le 1er avril 2013 pour passer une commande, en prenant soin d’indiquer le nombre d’arbres et l’endroit où ils seront plantés. Vous avez le choix de commander de 40 à 800 arbres. Puisqu’Andrea commande les arbres de pépinières dans chaque province, les semis sont adaptés aux conditions de culture de votre province. Les arbres sont livrés dans des boîtes de carton contenant 20 arbres.

LIVRAISON

Les arbres seront livrés au cours des deux dernières semaines de juin. Vous serez avisé par votre représentant de la date exacte et du lieu de cueillette dans votre province. Andrea s’est engagée à livrer l’ensemble de la commande de chaque province à un endroit, qui est choisi par le représentant provincial. Votre représentant vous informera du lieu de cueillette avant que vous passiez votre commande. Les camps sont responsables de chercher leur commande à cet endroit ou d’organiser la livraison vers leur camp. Les arbres peuvent être entreposés dans un endroit sombre et sec pour un maximum de deux semaines avant d’être plantés.

Le camp convient :

– d’accuser réception des arbres dans les plus brefs délais directement auprès d’Andréa (cette démarche se fait en ligne – les camps qui manquent à cette obligation deviendront inadmissibles au programme à l’avenir);

– de planter les arbres avec leurs campeurs dans les deux semaines suivant leur réception;

– d’arroser les semis si le temps est sec.

Pour de plus amples renseignements sur Andrea Koehle Jones et la Fondation ChariTREE, visitez le site Web de la fondation au www.charitree-foundation.org.

REPRÉSENTANTS PROVINCIAUX

Colombie-Britannique

Bronco Cathcart (bronco@sasamat.org)

Alberta

Kathy Koehler (Koehler.gk@gmail.com)

Saskatchewan

Donna Wilkinson (donnaw@sasktel.net)

Manitoba

Bryan Ezako (executivedirector@mbcamping.ca)

Ontario

Nicole Markowitz (nicole@ontariocamps.ca)

Québec

Tanya Desrochers (tanyaire@hotmail.com)

Nouveau-Brunswick

Dean Stephenson (dean.stephenson@xplornet.ca)

Nouvelle-Écosse

Roxy Peterson (education@artscentre.ca)

Terre-Neuve-et-Labrador

Malcolm Turner (killdevil.camp@gmail.com)

(English) Devices Dilemma

Posté le 7 février 2013 par Mike Stewart

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.

Le Défi Bondar s’étend à l’échelle nationale

Posté le 22 janvier 2013 par Catherine Ross

À l’été 2012, la fondation Roberta Bondar s’est associée à l’ACC dans le cadre d’un projet pilote visant à introduire le Défi Bondar dans les camps en Ontario.

Le projet fut couronné de succès et sera déployé à l’échelle nationale en 2013 : les camps dans l’ensemble du pays auront ainsi la possibilité de participer au Défi Bondar, un programme unique de photographie de l’environnement.

Les participants au Défi sont appelés à prendre en photo une scène de biodiversité dans leur environnement de camp, puis d’en interpréter les composantes artistiques et scientifiques.

La fondation Roberta Bondar est vouée à la sensibilisation à l’environnement en suscitant l’intérêt, l’enthousiasme et la créativité par le mariage de la science et de l’art.

De plus amples renseignements sur le Défi seront communiqués au printemps.

Bienvenue à Gwen Dell’Anno, la nouvelle DG d’Alberta Camping

Posté le 13 décembre 2012 par Catherine Ross

Gwen a grandi sur une ferme d’élevage de moutons et de cultures commerciales près de Niagara Falls, en Ontario. À l’âge de huit ans, elle est devenue campeuse dans un camp religieux dans le centre-nord de l’Ontario. Le paysage sauvage et isolé, sa faune abondante et sa beauté naturelle l’y ramenaient année après année.

Gwen y est retournée comme monitrice, puis est devenue la première femme préposée à l’entretien au camp. Elle préférait tondre le gazon, vider les poubelles et empiler le bois que de cuisiner et faire la vaisselle.

Après avoir terminé un baccalauréat en biologie animale, Gwen a passé quelques années à donner des cours d’éducation environnementale à des jeunes dans le sud de l’Ontario. Pendant cette période, elle siégeait au conseil d’administration de son camp tout en participant à des fins de semaine de travail bénévole sur les lieux. Depuis, Gwen a occupé différentes fonctions dans des camps de Colombie-Britannique, d’Alberta et d’Ontario, dont celles de directrice administrative, coordonnatrice de l’enseignement de plein air, animatrice invitée et directrice générale. À peu près le seul rôle qu’elle n’a pas assumé est celui de cuisinier (dont elle admire et respecte les compétences!)

Gwen est mariée à un artiste. Les deux habitent avec leur fils préadolescent à une heure au nord-ouest de Calgary, où elle élève quelques poulets et s’occupe de son jardin dans ses temps libres.

(English) The Cabin Path

Posté le 10 décembre 2012 par CCA Communications Committee

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.