Posts Tagged ‘Directors’

Mobiliser ses anciens

Posté le 24 avril 2017 par Jeff Bradshaw

Jeff Bradshaw, ancien président de l’Association des camps du Canada et propriétaire-directeur du Camp Wenonah, présente sa méthode de mobilisation des anciens du camp. L’association des anciens du Camp Wenonah compte près de trois cents membres qui participent aux activités du camp. Les anciens membres du personnel aiment conserver des liens avec le camp, qui en profite à bien des égards.

Camp Wenonah (Muskoka, ON)

La plupart des camps semblent aux prises avec ce grand défi qu’est la mobilisation des anciens.

Notre camp ayant tout juste célébré ses 20 ans, nous avions une belle occasion de mettre sur pied une nouvelle association d’anciens. Après avoir consulté bon nombre de nos collègues des camps de partout au Canada, nous avons créé Friends of Wenonah (les Amis de Wenonah).

Nous avons discuté des avantages et inconvénients des différentes façons de créer un programme d’anciens, puis choisi celle qui nous semblait le mieux convenir. Jusqu’à présent, cette façon de faire a donné d’EXCELLENTS résultats. Les Amis de Wenonah comptent actuellement près de 300 membres. Ce sont donc 300 anciens qui s’impliquent dans de nombreux aspects du camp.

Soulignons que notre association d’anciens est réservée aux employés. À quelques exceptions près, la plupart de nos campeurs de longue date deviennent des employés du camp. Nous avons considéré la possibilité de créer un groupe d’anciens campeurs, mais nous ne sommes pas arrivés à trouver de quelle manière nous pourrions mobiliser des milliers de personnes. Toutefois, tous nos anciens campeurs continuent de recevoir notre revue annuelle en janvier (Wenonah Warbler).

Plutôt que d’intégrer automatiquement les anciens employés à notre association après un an ou deux de service, nous pensions qu’il était logique d’inclure seulement ceux qui ont noué de solides liens avec le Camp Wenonah et exprimé le souhait de continuer à participer à nos activités.

Actuellement, pour adhérer à notre association d’anciens, il faut avoir fait partie du personnel pendant trois saisons complètes (saisons d’été ou du centre de plein d’air) et avoir au moins 21 ans. À cela s’ajoutent quelques critères supplémentaires : apporter une contribution ou un soutien considérable aux activités du camp ET, d’abord et avant tout, manifester un intérêt ou une intention de continuer à y participer. Une invitation des Amis de Wenonah ne va pas de soi.

Nous nous efforçons de maintenir l’unité de groupes (selon les années de service, les groupes de direction, etc.); ainsi, nous retardons parfois des invitations afin que tous les membres d’un groupe puissent devenir ensemble des Amis de Wenonah.

Chaque année, une invitation officielle est envoyée aux membres de la nouvelle cohorte des Amis de Wenonah. Un courriel de suivi est ensuite envoyé à l’ensemble des Amis pour présenter les nouveaux membres au moyen de photos et de renseignements biographiques.

Il n’y a aucuns frais d’adhésion ou autres. Chaque année, à l’occasion du congé de la fête de la Reine, nous organisons une fin de semaine des Amis de Wenonah, qui offre une belle occasion de passer trois jours au Camp entre anciens collègues. De nombreux autres rassemblements des Amis de Wenonah ont lieu tout au long de l’année, dans différents endroits, un peu partout dans le monde. Beaucoup d’Amis de Wenonah participent à des projets à court terme, notamment : en prenant la direction d’excursions estivales d’une semaine en canot; en agissant à titre de directeur ou de membre du personnel pendant les périodes d’initiation au Camp; en servant de guide dans le cadre de notre programme de cadets (WEEnonah, une session de trois jours pour les cinq à sept ans); en menant des entrevues pour l’embauche de nouveaux employés; en dirigeant les activités de la semaine des femmes (Women’s Weekend); en travaillant auprès de groupes particuliers (nous gérons un programme national de camps pour jeunes endeuillés); en apportant une aide pendant la fin de semaine d’ouverture et la fin de semaine de clôture; en offrant un soutien marketing et promotionnel tout au long de l’année (salons de camps de vacances et visites à domicile); en faisant partie de comités ou de groupes de travail; en prenant part aux fins de semaine portes ouvertes pour les nouveaux campeurs, et de mille et une autres façons!

En général, nous envoyons de 15 à 20 courriels de groupe par an pour donner des nouvelles du camp et de tout un chacun.

Le réel sentiment d’appartenance qu’éprouvent les Amis de Wenonah, qui habitent dans 17 pays sur cinq continents, est particulièrement impressionnant. Certains d’entre eux participent à nos activités depuis plus d’une décennie. Grâce aux Amis de Wenonah, beaucoup de participants comprennent qu’ils peuvent préserver de véritables liens avec le camp après l’avoir quitté.

Les aspects positifs sont nombreux. Non seulement nos anciens sont tenus au courant de l’évolution de nos activités, mais bien souvent, ils contribuent directement à cette évolution. Les Amis de Wenonah sont les meilleurs ambassadeurs qui soient, et beaucoup d’entre eux sont les parents de la « prochaine génération » de campeurs.

Le sentiment de collectivité et d’appartenance, qui ne se compte pas qu’en nombre d’années de participation active aux activités du Camp, est extrêmement fort. En ce sens, quand on devient campeur, on le reste toute sa vie.

Pour un salon des camps réussi

Posté le 24 novembre 2014 par Jeff Bradshaw

Les salons de camps sont devenus, pour les camps de jour et les camps de vacances, une plateforme de choix pour joindre une vaste clientèle.

BUT

Our Kids Media Camp Fair 2011 - 1

Courtesy Our Kids Media

  • Pour les camps, un salon est une occasion de donner collectivement une image professionnelle aux programmes de loisirs et de camps pour jeunes. Pour les familles, le salon offre la possibilité de faire tout son magasinage au même endroit.
  • En travaillant ensemble, les camps passent d’une approche compétitive à une approche collaborative. Le plus important dans le choix d’un camp, c’est que l’enfant passe un séjour agréable et enrichissant. Dans cette optique, les salons sont devenus un formidable forum de coopération où les camps se réfèrent entre eux dans le but de trouver le camp qui correspond le mieux aux intérêts et aux prédispositions de l’enfant.

ÉTIQUETTE

  • Un climat de respect et d’entraide existe entre les exposants. Ainsi, on n’offre pas de cadeaux aux familles (ex. : passes gratuites, chapeaux, tirage de semaines gratuites, souvenirs, etc.) et on limite au minimum le bruit (la musique, si on en fait jouer, ne doit pas déranger les conversations aux kiosques voisins).

À APPORTER

  • Amplement de documentation à distribuer.
  • Un bloc-notes sur lequel les gens peuvent inscrire leurs coordonnées si vous désirez envoyer des renseignements complémentaires aux familles intéressées ou les inclure dans votre liste d’envoi.
  • Des rallonges si vous apportez des appareils électriques (ordinateur portable, lecteur DVD).
  • D’enthousiastes employés de longue date pour vous aider.

AUTRES CONSIDÉRATIONS

Our Kids Media Camp Fair 2011 - 2

Courtesy Our Kids Media

  • Habillez-vous confortablement mais convenablement… les jeans sont à proscrire.
  • Portez une étiquette affichant votre nom et votre titre en gros caractères.
  • Les périodes d’ouverture des salons étant relativement courtes, il est préférable de se tenir debout à votre kiosque plutôt que d’être assis.
  • Résistez à la tentation de jaser avec vos collèges. Concentrez toute votre attention sur le public.
  • Arrivez avec suffisamment d’avance pour le montage et soyez prêts à rester jusqu’à la fermeture.

L’ACC offre une valeur ajoutée

Posté le 13 mars 2014 par Catherine Ross

Plusieurs directeurs de camp ont exprimé un intérêt à ce que leur personnel soit plus

branché sur l’actualité des camps. Par conséquent, à votre demande, l’ACC ajoutera les adresses courriel de l’ensemble de votre personnel à la liste d’envoi de l’ACC. Envoyez simplement à bjahnke@sympatico.ca le prénom, le nom et l’adresse courriel des membres de votre personnel, de préférence dans un tableur Excel ou un tableau Word. Voilà! Plus facile que de faire rôtir des guimauves sur un feu de camp!

Témoignanges de directeurs de camp sur le Défi Roberta Bondar 2013

Posté le 17 février 2014 par Catherine Ross

Bondar Challenge Canadian Camping Association

“Hoppin’ Around” par Brianna Ramagnano, Camp Wenonah

En 2013, 32 camps partout au Canada ont participé au Défi Roberta Bondar, un programme qui met les jeunes en contact avec la nature grâce à la photographie. Les directeurs des camps participants ont salué les nombreux bienfaits du programme tant pour les campeurs que les moniteurs. Rendez-vous au www.therobertabondarfoundation.org pour visionner les photos gagnantes de 2013, vous renseigner sur cet excellent programme et inscrire VOTRE camp pour 2014 .

Le programme fut une grande réussite. L’objectif de mettre les jeunes en contact avec la nature grâce à la photographie a clairement été atteint. Nous avons organisé une présentation en plein air pour montrer les nombreuses photos prises par les participants, ce qui a donné le goût à plusieurs de participer en 2014. Le programme est aussi une belle occasion de développement du leadership pour trois de nos moniteurs. – Jeff Bradshaw, Camp Wenonah

Environ 80 campeurs ont participé et le programme a clairement porté fruit. Les campeurs posaient des questions sur les petites merveilles qu’ils voyaient à travers la lentille de leurs caméras. Les ressources offertes dans le cadre du programme sont très bien faites et nos moniteurs ont trouvé que le programme était facile à enseigner. – Patti Thom, Camp Tanamakoon

Notre mission au Camp Awakening est de faire vivre à des enfants handicappés une excursion en canot et de les mettre en contact avec la nature. Alors quand on nous a présenté le concept du Défi Bondar, on a sauté sur l’occasion. Nous sommes extraordinairement fiers de notre campeur qui a gagné un prix et prévoyons nous réinscrire en 2014. – Tracy Morley, Camp Awakening

Programme gratuit de plantation d’arbres 2014

Posté le 10 février 2014 par CCA Communications Committee

Canadian Camps Tree Planting Environment NatureÀ l’été 2013, des campeurs dans 75 camps à l’échelle du Canada ont planté un total de 20 000 arbres! Pour la sixième année, Andrea Koehle Jones, directrice générale de la Fondation ChariTREE, offre des semis d’arbre gratuits à tous les camps canadiens. Ce programme est ouvert à tous les camps canadiens, y compris ceux qui ont planté des arbres lors des années précédentes.

Commande

Communiquez avec votre représentant provincial (indiqué ci-dessous) d’ici le 1er avril 2014 pour passer une commande, en prenant soin d’indiquer le nombre d’arbres et l’endroit où ils seront plantés. Vous avez le choix de commander de 40 à 800 arbres. Puisqu’Andrea commande les arbres de pépinières dans chaque province, les semis sont adaptés aux conditions de culture de votre province. Les arbres sont livrés dans des boîtes de carton contenant 20 arbres.

Livraison

Les arbres seront livrés au cours des deux dernières semaines de juin. Vous serez avisé par votre représentant de la date exacte et du lieu de cueillette dans votre province. Andrea s’est engagée à livrer l’ensemble de la commande de chaque province à un endroit, qui est choisi par le représentant provincial. Les camps sont responsables de chercher leur commande à cet endroit ou d’organiser la livraison vers leur camp. Les arbres peuvent être entreposés dans un endroit sombre et sec pour un maximum de deux semaines avant d’être plantés. Le camp convient :

  • d’accuser réception des arbres dans les plus brefs délais directement auprès d’Andrea (cette démarche se fait en ligne au http://www.charitree-foundation.org/resources-and-tools/tree-planting-project – les camps qui manquent à cette obligation deviendront inadmissibles au programme à l’avenir); Andrea a besoin de cette information afin de solliciter des dons à l’avenir;
  • de planter les arbres avec leurs campeurs dans les deux semaines suivant leur réception;
  • d’arroser les semis si le temps est sec.

Pour de plus amples renseignements sur Andrea Koehle Jones et la Fondation ChariTREE, visitez le site Web de la fondation.

Représentants provinciaux

Colombie-Britannique Margo Dunnet (margod@fircom.ca)

Alberta Kathy Koehler (koehler.gk@gmail.com)

Saskatchewan Donna Wilkinson (donnaw@sasktel.net)

Manitoba Liz Kovach (executivedirector@mbcamping.ca)

Ontario Nicole Markowitz (nicole@ontariocamps.ca)

Québec Tanya Desrochers (tanyaire@hotmail.com)

Nouveau-Brunswick John Savage (john@campcentennial.ca)

Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard Derek Mitchell (derekmitchell@venturepartner.ca)

Terre-Neuve-et-Labrador Malcolm Turner (killdevil.camp@gmail.com)

La directrice de camp Jocelyn Palm nommée à l’Ordre du Canada

Posté le 25 novembre 2013 par Catherine Ross

La directrice de camp Jocelyn Palm a reçu l’Ordre du Canada pour ses contributions au sauvetage et à la sûreté nautique, au développement de la jeunesse et à la santé des femmes. Pendant plus de 40 ans, Joc a œuvré à l’avancement de notre pays par son travail au sein de la Société de sauvetage, du camp Glen Bernard et du Women’s College Hospital.

En 1968, elle devient la première directrice générale de la division ontarienne de la Société royale de sauvetage, puis la première directrice générale de la Société nationale de sauvetage. Joc établit les normes nationales et internationales de sûreté nautique. Elle rédige la version définitive du manuel de Sauveteur national, qui demeure le manuel officiel des candidats et formateurs. Elle révolutionne la formation des sauveteurs en introduisant la reconnaissance des victimes et la simulation de sauvetages, qui fait appel au jugement, aux connaissances, à la technique et à la condition physique des sauveteurs. L’approche de Joc s’impose comme méthodologie standard à travers le Commonwealth. C’est sous sa direction que la campagne nationale de prévention des noyades Water Smart® de la Société est mise sur pied en 1987. Depuis, le nombre annuel de noyades a baissé de façon dramatique. Notre pays a une excellente réputation au sein du milieu international du sauvetage grâce à son leadership et ses efforts infatigables.

Parallèlement à son travail au sein de la Société de sauvetage, Joc met sur pied des programmes de prévention des blessures en collaboration avec le docteur Charles H. Tator, un neurochirurgien de Toronto. À partir des années 70, Joc et le docteur Tator recueillent des données sur les blessures subies lors de plongeons et sont déterminés à les réduire grâce à des programmes de prévention. Ensemble, ils élaborent des recommandations visant à réduire l’occurrence de blessures à la colonne vertébrale chez les jeunes et supervisent la réalisation d’une vidéo, Sudden Impact.

En 1977, Joc devient propriétaire et directrice du camp Glen Bernard. Depuis, elle a agi et continue d’agir comme mentor pour des milliers de jeunes campeurs et moniteurs. Elle contribue également au milieu des camps à titre de présidente de l’Association des camps de l’Ontario, présidente de l’Association des camps du Canada, présidente de la Société des directeurs de camp et conférencière à l’occasion de congrès des camps provinciaux, nationaux et internationaux.

Joc est une visionnaire en matière de développement de la jeunesse. Il y a 20 ans, elle enseignait aux jeunes l’importance de l’écoresponsabilité, bien avant que le mouvement vert devienne tendance. Elle continue de faire la promotion de solutions durable à Glen Bernard et de sensibiliser des gens de tous les âges à l’importance de cet enjeu primordial.

Dévouée à aider les autres et améliorer leur qualité de vie, Joc consacre d’innombrables heures à l’avancement de la mission du Women’s College Hospital, qui est d’offrir des soins de santé de qualité exceptionnelle aux femmes et à leurs familles.

Elle met sur pied l’événement Women’s Health Matters Forum & Expo. Pendant 12 ans, ce congrès de deux jours à l’intention du grand public permet à 12 000 femmes de tous les âges et milieux d’avoir accès aux dernières informations en matière de santé. Elle continue de travailler avec les dirigeants de l’hôpital et d’autres organismes semblables, dont le Immigrant Women’s Health Centre.

Joc a réussi dans sa vie et surtout, a aidé les autres à réussir, particulièrement nos jeunes, les leaders de demain.

Congrès international des camps 2014 – Antalya, Turquie

Posté le 7 octobre 2013 par Mike Stewart

Le prochain Congrès international des camps se déroule en Turquie! Assurez-vous d’ajouter le site Web du Congrès 2014 à vos favoris.

De nombreux renseignements sur l’événement y figurent déjà.Les participants auront l’occasion de visiter le riche patrimoine culturel de la Turquie et de participer à des activités de formation et de réseautage uniques au Congrès international des camps.

Le Congrès lui-même a lieu dans un superbe centre de villégiature au bord de la mer Méditerranée.International Camping Congress 2014 Antalya Turkey Canadian Camping Association

Félicitations à John Jorgenson!

Posté le 9 septembre 2013 par CCA Communications Committee

John Jorgenson - National Research Committee - Canadian Camping AssociationJohn Jorgenson du Camp Tawingo, situé à Huntsville, en Ontario, a récemment été élu président du International Camping Fellowship.

Félicitations Jorgi!

Faire pression sur le gouvernement, la nouvelle priorité

Posté le 7 mai 2013 par CCA Communications Committee

Lors d’une réunion récente à Edmonton, le conseil d’administration de l’ACC a appuyé le financement d’une initiative de l’Ontario visant à faire pression sur le gouvernement fédéral relativement aux règlements actuels et futurs de Transports Canada, qui ont et qui auront d’importantes répercussions sur de nombreux camps canadiens. L’OCA a retenu les services de Global Public Affairs Inc. afin de fixer des réunions le 22 avril 2013 entre trois représentants de l’OCA et le député David Tilson, le député Larry Miller, président du Comité des transports de la Chambre des communes, le personnel politique du ministère des Transports et le chef du cabinet du ministre d’État (Petites entreprises et Tourisme).

La loi fédérale s’applique à tous les camps qui se servent de bateaux motorisés de plus de 9,9 chevaux, mais elle est particulièrement exigeante pour les camps accessibles par voie d’eau et les camps qui transportent régulièrement plus de six passagers.

La loi actuelle exige que toute embarcation de plus de 9,9 chevaux soit immatriculée à titre de petit bâtiment commercial. Le processus est dispendieux et peut prendre jusqu’à six mois. Les bateaux immatriculés sont tenus d’avoir à bord des pièces d’équipement spécifiques (fusées éclairantes, gilets de sauvetage (plutôt que des VFI), appareils de communication, etc.).

Les conducteurs de bateaux transportant plus de six passagers ou de bateaux de travail de plus de 8 m de longueur doivent désormais avoir suivi les formations de conducteur de petits bâtiments et de sécurité de base des petits bâtiments autres que les embarcations de plaisance (FUM A3). Ces formations durent plusieurs jours et coûtent de 500 $ à 1000 $ par personne.

On prévoit que d’ici 2014, le montant de la couverture nécessaire en assurance-responsabilité s’élève à 250 000 $ par siège de bâtiment motorisé à passagers. Cette couverture s’ajoute à l’assurance-responsabilité générale. Nancy Brown, courtière du régime d’assurance de l’ACC, travaille avec les représentants de l’OCA sur cet aspect du projet de loi.

Il s’avère de plus en plus évident que le projet de loi suscite et continuera de susciter de graves inquiétudes auprès des propriétaires de camp. Reconnaissant le besoin d’être proactif dans ce dossier, l’ACC a ajouté la défense d’intérêts auprès du gouvernement en tête de l’ordre du jour du Forum sur le leadership national qui aura lieu en novembre. Au Forum, le conseil de l’ACC, les présidents provinciaux et les directeurs généraux étudieront la viabilité de retenir les services d’un lobbyiste pour sensibiliser les dirigeants de camp au projet de loi. La mise sur pied d’un comité national voué à suivre l’évolution du projet de loi avec l’apport d’un lobbyiste professionnel nous permettrait d’être proactifs.

Présentement, nous réagissons aux règlements de Transports Canada du mieux que nous pouvons. Des propriétaires de camp en Ontario ont fait des dons individuels pour bonifier l’engagement financier de l’OCA et de l’ACC. Les coûts initiaux sont estimés entre quarante et soixante mille dollars. Tout soutien financier de la part de camps à travers le Canada, à l’intention de la directrice générale de l’OCA, Heather Heagle, serait grandement apprécié.

Il s’agit d’un enjeu national. Nous devons savoir quels camps et dans quelles provinces sont affectés par les règlements sur les bâtiments commerciaux de Transports Canada. Nous voulons vous entendre. Comment les règlements vous affectent-ils maintenant? Quelle est votre expérience avec Transports Canada ou les agents responsables de l’application des règlements? Comment les règlements vont-ils vous affecter à l’avenir? Faites part de votre expérience à Mark Diamond (mark@manitoucamp.com).

Passez le message!

Posté le 23 avril 2013 par CCA Communications Committee

C’est le temps de rappeler à vos campeurs et moniteurs que le 1er mai est la deuxième Journée nationale du T-shirt de camp – la journée où ils montrent fièrement au reste du monde le camp auquel ils appartiennent.