Article

Nouveau service de SterlingBackcheck : la vérification pour postes de confiance

Posté le 27 octobre 2014 par Catherine Ross

SterlingBackcheck offre désormais une solution de rechange à la vérification des antécédents en vue d’un travail auprès de personnes vulnérables. Rod Piukkala, la personne-ressource de l’ACC chez SterlingBackcheck (Rod.Piukkala@sterlingbackcheck.ca), en donne tous les détails ici:

BONNE NOUVELLE!

SterlingBackcheck_Logo-01Transparent - CopyEnfin, il existe une solution pour répondre à vos besoins souvent non satisfaits… une autre innovation de SterlingBackcheck dans le secteur!

SterlingBackcheck lance une solution complète pour les employeurs et les organisations qui ont recours aux vérifications relatives au secteur vulnérable, ou qui en ont besoin, pour les membres de leur personnel ou des bénévoles. Cette solution intéressera également les personnes qui agissent comme responsables ou bénévoles dans la communauté et dont l’organisation exige une vérification relative au secteur vulnérable.

Consultez les documents complémentaires ci-joints (ci-dessus) et les points saillants du programme ci-dessous.

Points saillants de la vérification pour postes de confiance :

  • Les résultats reflètent ceux obtenus par la même vérification en trois volets fournie par les services de police locaux. (SterlingBackcheck mène les vérifications de casiers judiciaires au Canada et les vérifications accrues des renseignements de la police (E-PIC) en un jour ouvrable ou moins, ce qui permet aux personnes ayant franchi ces étapes avec succès d’avancer dans le processus et à vous, de pouvoir attendre le processus PardonCheck).
  • Programme conçu pour traiter rapidement les dossiers non ambigus, mais pour ralentir le processus et donner l’alerte en cas de dossier potentiellement problématique. Amélioration importante des délais d’engagement pour un pourcentage élevé de candidats ne présentant pas de problème.
  • Élimination du risque de modification ou de falsification de documents des services de police.
  • SterlingBackcheck ne facture pas l’entreprise ou l’organisation si la vérification PardonCheck révèle l’existence d’un dossier problématique. S’il est impossible de mener à bien le processus, les candidats sont invités à s’adresser à leur service de police local.
  • Élimination de la nécessité, pour le candidat, de se déplacer (coûts, temps)… tout se fait en ligne.
  • Levée des exigences d’empreintes digitales dans le cadre de la vérification pour postes de confiance.
  • Conformité avec la Loi sur la protection des renseignements personnels et les droits de la personne.
  • Certificats vérifiables et réutilisables (les résultats obtenus par une vérification pour poste de confiance effectuée dans un cadre professionnel peuvent être réutilisés dans le secteur bénévole et vice-versa).
  • Services fournis par SterlingBackcheck en coopération avec ses services de police canadiens partenaires et DIRECTEMENT avec la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
  • Uniformité du processus, des prix et des résultats.
  • La vérification pour postes de confiance n’est requise qu’une seule et unique fois dans la vie… Quand votre organisation a recours, en continu, aux vérifications de casiers judiciaires et E-PIC (maximum tous les trois ans) – les personnes n’ont jamais à redemander une vérification pour poste de confiance. Les renouvellements de vérifications de casier judiciaire et E-PIC deviennent alors plus pratiques, moins chers et encore plus rapides!

Pour discuter de demandes et de circonstances particulières, veuillez communiquer avec moi directement par courriel ou par téléphone. Nous pouvons MAINTENANT répondre à tous vos besoins grâce à un processus personnalisé. Ce service peut remettre de l’ordre dans le chaos auquel vous faites face!

N’hésitez pas à m’appeler pour que nous en discutions de façon plus détaillée.

Rod

Rod Piukkala, M.O.M. | Directeur Général
SterlingBackcheck
Téléphone : (647) 981 5133
Rod.Piukkala@sterlingbackcheck.ca

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Communications Officer at Canadian Camping Association
Catherine's lifelong love of camping began in 1953 when she accompanied her mother, the new camp cook, to Camp Tanamakoon in Algonquin Park. She remained at Tan until 1978 as a camper and in several staff roles. After five years as a teacher, in 1979, Catherine and her husband George purchased Camp Mi-A-Kon-Da for girls in Parry Sound, Ontario which they owned for 20 years. Catherine has served on the Board of the Ontario Camps Association, and is Past President of the Society of Camp Directors. She is currently Communications Officer on the Board of the CCA. She is past editor of Camps Canada, published by the CCA, and the OCAasional News, the newsletter of the OCA. She is the author of four publications. Her articles on camping have appeared in numerous magazines.