Article

Plus que jamais, l’expérience du camp est bénéfique aux enfants

Posté le 14 mai 2012 par spreston

– Catherine Ross, agente de communications de l’ACC

Le 31 mars 2012, Elizabeth Renzetti, chroniqueuse au Globe and Mail, a publié un article sur les parents hyperanxieux. En conclusion, elle affirmait : « On doit protéger nos enfants contre nous-mêmes, leurs parents. Ils doivent parfois se perdre dans la nature, avec d’autres jeunes boutonneux et tatoués de la même espèce qu’eux, là où ils seront bien. Enfin, probablement. » Bien sûr, c’était une façon de parler, mais je l’ai pris au mot…
Il n’y a pas meilleur endroit que le camp lorsqu’on veut éloigner un enfant de l’anxiété excessive de ses parents souvent trop indulgents et briser le lien de dépendance entre l’un et l’autre!

Elizabeth Renzetti a écrit son article en réaction à l’annulation en 2012 de la traditionnelle course aux œufs de Pâques à Bancroft Park, près de Colorado Springs parce que en 2011, des parents n’avaient pas attendu le signal officiel du départ pour être bien certains que leurs rejetons s’emparent des forts convoitées friandises. Je me suis souvenu alors d’une expérience semblable que j’avais vécue chez moi lorsque j’avais invité d’ex-collègues conseillers de camp avec leurs enfants. J’avais aussi organisé une telle course aux œufs de Pâques dans mon salon et ma salle à manger, en me disant que nous les adultes, en profiterions pour prendre un café tranquillement dans la salle familiale. J’avais bu mon café toute seule : les parents, panier en main, étaient bien trop occupés à suivre leurs petits chéris, leur indiquant où étaient cachés les œufs pour être bien certains qu’ils n’en manqueraient pas un! Ils avaient oublié une des règles d’or que connaît pourtant tout moniteur de camp : ne jamais faire à la place d’un enfant ce que celui-ci peut faire en y mettant un peu d’effort.

Le 1er mai, un autre article du Globe and Mail traitait d’une toute nouvelle mode qui consiste à souligner la fin des études primaires des enfants en dépensant une fortune pour l’achat d’une robe pour les petites filles, en louant une limousine, en payant une séance avec un photographe professionnel, des séances de maquillage, de manucure et de pédicure. Tant bien que mal, les parents tentent de trouver un certain équilibre : souligner dignement l’événement sans toutefois céder à tous les caprices. Certains parents ont de la difficulté à dire « non ». Dans un article intitulé How to Land your Kid in Therapy (Comment mener votre enfant tout droit chez le thérapeute), la psychothérapeute Lori Gottlieb parle de ces parents qui sont prêts à tout pour satisfaire leur enfant et le protéger des chocs de la vie. Elle affirme : « La surprotection des enfants par les parents contribue à faire de ces jeunes des citoyens au narcissisme exacerbé. »

Encore une fois, inscrivez vos enfants dans un camp!

Les enfants profitent de la vie au camp parce qu’ils y apprennent à bien vivre avec peu : le moins de vêtements possible (tout juste ce qu’il faut pour remplir un sac de voyage), un espace restreint (une couchette et un petit cubicule) et très peu de commodités (pas de télé ni d’ordinateur et une salle de bain commune). Ils apprennent à partager les divers équipements et la nourriture, mais aussi l’attention des moniteurs. Ils apprennent à collaborer pour préparer le feu de camp, nettoyer leur cabine ou diriger un canoë en tandem. Ce faisant, ils découvrent que la vie peut être agréable et bien remplie même sans tous ces gadgets qu’ils estimaient jusque-là nécessaires à leur bien-être simplement parce que tout le monde en possède! Ils découvrent qu’ils peuvent se débrouiller seuls et qu’ils sont capables de faire des choix et de prendre des décisions sans toujours devoir compter sur les conseils de papa et maman au bout du téléphone cellulaire.

Pour ce qui est d’autoriser le téléphone cellulaire au camp, chaque directeur de camp doit, en consultation avec les parents et le personnel du camp, prendre la décision en se demandant ce qui est le mieux pour les campeurs.

– Catherine Ross, agente de communications de l’ACC 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
spreston@sixsix8.com'