Article

Félicitations aux lauréats des prix de l’ACC!

Posté le 7 février 2018 par CCA Communications Committee

Nous sommes ravis d’annoncer les six lauréats des prix de l’ACC 2017 – des honneurs pleinement mérités!

Le programme national de prix de l’ACC récompense les réalisations et contributions exceptionnelles des dirigeants de camp, des camps, des associations et des institutions du Canada.

Saluons nos gagnants!

Skip Connett

prix Ron Johnstone pour l’ensemble des réalisations

Skip est propriétaire et directeur du Canadian Adventure Camp, qu’il a fondé en 1975 à Temagami, en Ontario. Depuis ce jour, il est un membre actif de l’Ontario Camps Association (OCA), ayant siégé plus d’une fois au conseil de celle-ci.

Très tôt, Skip a compris que le milieu manquait de visibilité. Il a donc réussi à obtenir de l’espace publicitaire tant pour l’OCA que pour les camps accrédités, présentés comme des services communautaires à la population.

Bénévole très actif dans plusieurs événements de l’OCA, il a aussi partagé son expertise lors des conférences tenues par l’organisation au fil des ans, et a agi comme mentor et conseiller pour bien des camps. Son parcours a d’ailleurs été salué par l’OCA, qui lui a décerné il y a quelques années le titre de membre honoraire à vie.

L’une des grandes réalisations de Skip aura été son rôle dans la mise en place d’un programme d’assurance pour les camps canadiens. Auparavant, ceux-ci étaient à la merci de compagnies qui pouvaient à loisir résilier une police sans trop fournir d’explications ou donner de préavis. Pour Skip, il était indispensable de trouver un courtier et un assureur prêts à servir convenablement le milieu des camps, à offrir des taux raisonnables à cette industrie à faible risque, et à la soutenir. Au nom de l’ACC, il a mis sur pied un comité responsable de ce processus. Sous la direction de Skip, ce comité a d’abord sondé les camps pour bien connaître les diverses polices souscrites et les historiques de réclamations, puis déniché une compagnie d’assurance prête à répondre aux besoins identifiés, qui a proposé une couverture jugée abordable et exhaustive par des conseillers.

Le comité a recommandé le recours à un courtier qui représenterait les camps; celui-ci demeure responsable du régime en place, régime que continuent de reconduire plus de 300 camps au Canada.

Quant à Skip, il demeure à la tête du comité d’assurance de l’ACC. On lui doit la création d’un programme qui protège les intérêts des camps, en plus de permettre aux camps accrédités d’attester leur sécurité à l’aide de données empiriques fournies par le courtier.

Harry et Gail Edwards

prix d’honneur Jack Pearse

Harry a été directeur général du Stillwood Camp and Conference Centre pendant plus de 20 ans. Il était constamment épaulé par Gail, qui a elle-même déployé son leadership en mettant son expertise relationnelle au service des autres membres du personnel et de la communauté dans son ensemble. Gail était aussi aux commandes de la salle à manger : grâce à son hospitalité sans pareille, le camp est devenu l’un des centres de réunions extérieures les plus prisés en Colombie-Britannique.

Lors de leur passage à Stillwood, Gail a encouragé Harry à s’investir bénévolement dans une foule de causes liées au milieu. L’une d’elles fut la création du Fellowship of Christian Camps, qui appuie et rassemble les professionnels des camps de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de l’État de Washington. Il siège depuis longtemps au conseil de l’organisation.

Il a aussi été membre du conseil d’administration de l’Association des camps du Canada, dont il a notamment occupé la présidence en 2012 et 2013. On lui doit le rayonnement accru de l’ACC auprès des camps de Colombie-Britannique.

Au fil de ses années de service, Harry a été au cœur de la croissance des camps en Colombie-Britannique et au Canada – il est une figure bien connue du milieu. Cependant, en Colombie-Britannique, tous savent que sans Gail et sa grande générosité, Harry n’aurait jamais pu avoir le même succès et la même influence.

Gabrielle Raill

prix d’honneur Jack Pearse

Professionnelle des camps depuis plus de 20 ans, Gabrielle a eu une grande influence sur le milieu au Québec, au Canada et partout dans le monde. Elle croit que les camps sont un moyen puissant d’aider les enfants et les jeunes à grandir, à apprendre et à se responsabiliser.

Depuis qu’elle travaille au Camp Ouareau, Gabrielle s’emploie à créer une communauté positive pour les filles et les jeunes femmes; on récolte aussi ailleurs le fruit de ses efforts.

Gabrielle a joué un rôle actif dans plusieurs projets et communautés :

  • Conceptrice et directrice des campagnes de marketing nationales de l’ACC (Grâce au camp et Au-delà du plaisir).
  • Ambassadrice canadienne de l’International Camping Fellowship.
  • Conférencière et animatrice d’ateliers sur des sujets comme la responsabilisation, la formation et le leadership d’influence lors d’événements tenus par des associations de camps provinciales du pays.
  • Conférencière représentant le Québec et le Canada lors de divers événements (congrès de l’American Camp Association, congrès Tri-State Camp et Mid States Camp de l’ACA et Congrès international des camps).
  • Cofondatrice contributrice des balados Camp Code et CampHacker.
  • Bénévole pour plusieurs projets et formations de l’ACQ, de l’OCA et de l’ACC.
  • Collaboratrice et mentor auprès de nombreux camps et professionnels du milieu (besoins de transition et de formation).

Shauna Joyce

prix d’excellence

Il y a 23 ans que Shauna participe activement au Camp Amy Molson (CAM). D’abord apprentie monitrice, elle a fini par rallier l’équipe de direction; elle est directrice générale depuis maintenant 14 ans.

Dans le cadre de ses fonctions, elle gère les affaires courantes, supervise le recrutement du personnel et des campeurs, assure la gouvernance et s’occupe des activités de financement, autant de tâches qu’elle mène avec brio. Mais son engagement va beaucoup plus loin puisqu’elle est de chaque séjour au camp, veillant à la bonne prestation des programmes et des activités. Elle le fait parce que les enfants lui tiennent à cœur et parce qu’elle est convaincue que la vie de camp a une influence positive sur leur développement. Son dévouement est hors du commun.

La contribution de Shauna ne se limite pas au CAM. Elle a été bénévole pour Global Camps Africa (Camp Sizanani) et a siégé au comité du congrès annuel de l’Association des camps du Québec. Plus récemment, elle a participé aux démarches organisées par Centraide afin d’évaluer l’influence des camps sur les jeunes vulnérables. Ce projet a mené à la création d’un modèle assorti d’indicateurs de rendement, d’outils d’évaluation et de méthodes de collecte et de diffusion de données.

Shauna a toujours été animée par une volonté d’aider les jeunes. Directrice d’une école primaire, elle a été bénévole pendant 10 ans pour l’organisme montréalais Dans la rue, qui vient en aide aux jeunes sans-abri. Elle a aussi œuvré auprès des jeunes vulnérables dans plusieurs autres contextes, notamment dans des foyers collectifs spécialisés dans le traitement de la toxicomanie et la protection de la jeunesse.

Julia Wagg

prix de reconnaissance spéciale

Force de la nature et femme de tête au sein de la communauté LGBTQ d’Ottawa, Julia avait découvert sa mission : aider les jeunes et leurs familles à traverser la période difficile qu’elle-même a connue en tant qu’adolescente lesbienne sortant du placard dans une petite ville du nord de l’Ontario.

Avec Holly Wagg – sa femme depuis près de 12 ans, qui rêvait de fonder un camp d’été LGBTQ –, elle a créé Camp Ten Oaks en 2005. Lors de cette première année, 22 campeurs se sont présentés. Maintenant, ils sont 100 à s’être inscrits pour l’été qui vient, et 65 à figurer sur une liste d’attente.
Il est presque impossible d’agiter le drapeau arc-en-ciel à Ottawa sans toucher quelqu’un qui a connu Julia personnellement, sait tout ce qu’elle a accompli ou est ami avec un participant du Camp Ten Oaks. Aucune initiative ottavienne n’a eu une telle incidence sur les familles et les jeunes LGBTQ du pays. C’est un travail à la fois magique et transformationnel.

Julia elle-même n’avait jamais participé à un camp d’été dans sa jeunesse, ce qui rend d’autant plus remarquable son enthousiasme à l’égard des routines et rituels quotidiens. « Son émetteur-récepteur bourdonnait sans arrêt, elle devait toujours garder sa planchette à pince à portée de main, mais elle remplissait avec entrain son rôle de directrice de camp… même quand elle devait aller repêcher une brosse à dents au fond d’une toilette extérieure ou réconforter un campeur qui s’ennuyait de sa famille », raconte Sonja Prakash, bénévole et membre du conseil lors des premières années du Camp Ten Oaks qui avait noué une grande amitié avec Julia.

Julia était une meneuse naturelle, très dynamique, mais c’était aussi une femme complexe. Elle tenait farouchement à ses valeurs, à un point tel qu’elle pouvait avoir du mal à faire des concessions.
Cette attitude l’a parfois mené à commettre certaines erreurs, mais elle a toujours su les assumer et en tirer des leçons.

À l’automne 2015, elle a commencé à souffrir fréquemment de douleurs à la poitrine et de saignements des gencives – c’est lors d’une visite à l’hôpital en janvier 2016 qu’elle a compris, au regard horrifié du médecin résident, que quelque chose de grave se passait. Le médecin a pris sa main et lui a annoncé qu’elle avait la leucémie, avant de fondre en larmes. Soulagée d’avoir enfin un diagnostic, aussi dévastateur soit-il, Julia a immédiatement repris le contrôle en offrant au jeune homme des conseils sur la manière d’annoncer des nouvelles du genre à ses patients.

Aux yeux de Holly, le plus grand héritage de Julia ne tient pas à la somme de ses distinctions et réalisations. Ce qui compte, c’est ce qu’elle a légué aux gens – ses gens – à qui elle a appris à devenir de meilleures versions d’eux-mêmes : « Elle pouvait voir en vous des trésors dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. »

Malheureusement, Julia s’est éteinte en 2017, le Vendredi saint.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
The CCA Communications Committee produces regular online content for Canadian camps.