Article

ChariTree s’enracine!

Posté le 13 octobre 2014 par Andrea Koehle Jones

En traversée du Canada en roulotte avec sa famille cet été, Andrea Koehle Jones, directrice générale de la Fondation ChariTree, visite des camps où ont été plantés quelques-uns des 100 000 arbres depuis la création du programme de plantation d’arbres de l’ACC en 2009. Elle découvre un programme aux racines profondes.

Récit d’un voyage en roulotte sur les traces du programme de plantation d’arbres

charitree foundationUn jeune arbre qui pousse dans la forêt passe-t-il inaperçu? Bien au contraire, ai-je pu découvrir cet été lors d’un voyage en roulotte à travers le Canada. Depuis cinq ans, la Fondation ChariTree, un organisme de bienfaisance que j’ai fondé en 2006, donne des arbres aux membres de l’Association canadienne des camps (ACC). Leurs campeurs ont planté près de 100 000 arbres à ce jour.

Chaque année, je reçois des photos et témoignages encourageants. Des commentaires comme ceux-ci me rappellent la pertinence du programme et l’importance du travail de la fondation :

« Nous avons planté 300 arbres au Camp Wenohah en juillet cette année! Ce fut une expérience unique pour les campeurs et les moniteurs, une occasion de se rapprocher de la nature et de laisser leur empreinte sur les terres du camp qui leur tiennent tant à cœur. Tous les campeurs ont eu la chance de planter un arbre à l’endroit de leur choix – certains ont même planté des jardins d’arbres près de leurs cabines qu’ils pouvaient voir grandir. Merci à la Fondation ChariTree d’avoir rendu possible cette belle activité. » – Janette, directrice adjointe du Camp Wenonah

« On a eu beaucoup de plaisir avec ce projet. On avait un arboriculteur agréé dans l’équipe qui nous a conseillés sur le placement des arbres. Nos campeurs ont beaucoup aimé. » – Derrik Porter, guide d’excursion au Lake Scugog Camp

J’ai toujours rêvé de voir ces arbres de mes propres yeux, mais vivant sur une petite île au large de Vancouver, je n’ai jamais eu la chance de le réaliser – jusqu’à cet été. En juin, j’ai décidé d’acheter une roulotte et de faire le voyage jusqu’en Ontario avec mon mari et mes deux enfants pour visiter mes parents. J’ai aussitôt pensé que ce serait l’occasion parfaite de visiter des camps, voir les arbres et prendre le pouls du personnel des camps au sujet du programme. Je trouve également important de pouvoir rendre des comptes à tous les généreux donateurs, leur exprimer que leur contribution est précieuse et que leurs arbres continuent de pousser à travers le Canada.

Avec nos enfants de neuf et onze ans, on a rempli la roulotte et on s’est mis en route vers l’est. Après huit jours de route et de camping à travers le nord des États-Unis et une visite mémorable des grands-parents au lac Simcoe, les enfants avaient hâte au chemin de retour pour voir les arbres que leur mère avait donné aux camps.

Mais quels camps visiter? Question pas si simple que je l’avais imaginée… Au moins trois camps à moins de deux heures de notre point de départ à Orillia avaient reçu des arbres. Ce fut gratifiant de constater que la Fondation était présente à autant d’endroits, ce que le voyage vers l’Ouest ne cessera de me rappeler.

Canadian Camping Association CharitreeLe premier camp que nous visitons est le YMCA Geneva Park sur le lac Couchiching, tout près d’Orillia. Le directeur Tim Clement nous emmène dans une clairière à l’orée de laquelle, quelques semaines plus tôt, des campeurs avaient planté une jolie rangée de pins gris, qui, à terme, formera un bel abri du vent et du soleil.

Tim nous raconte qu’il avait été agréablement surpris par le nombre de campeurs qui choisissaient de planter des arbres au détriment d’activités de camp plus traditionnelles. Beaucoup de campeurs n’en avaient jamais fait l’expérience et ils étaient heureux de pouvoir contribuer à embellir le camp et protéger l’environnement en plantant des arbres qui allaient pousser pendant des générations.

Mêmes échos au Assiniboine Park Zoo Camp, un camp pour jeunes de milieux défavorisés à Winnipeg. Ces jeunes ayant rarement l’occasion d’être en contact avec la nature, le parc fait de grands efforts pour leur permettre de jouer dans les arbres : il les fait monter en grue pour observer les plants dans le couvert forestier et a même aménagé des tyroliennes dans les arbres. Les arbres de ChariTree occupent une place importante dans leur programme. Un groupe d’arbres plantés par des jeunes en bordure d’une route en périmètre du zoo a été laissé à l’état naturel pendant cinq ans; entre les pins gris matures poussent aujourd’hui de jeunes semis. Karen Pearce, directrice de la gestion du terrain, dit que les jeunes qui ont planté ces arbres reviennent année après année pour observer la croissance de leurs arbres. C’est beau de voir ces jeunes développer ainsi un sens des responsabilités et un souci de l’environnement.

J’ai toujours cru que les jeunes apprenaient beaucoup en visitant les arbres qu’ils avaient plantés les années précédentes. Que de grandes choses commencent toutes petites. C’est ce que nous a rappelé notre visite du Camp Kasota West sur le lac Sylvan en Alberta en compagnie de Kathy et Gary Koehler. Responsable des commandes d’arbres pour l’Alberta, Kathy joue un rôle important dans le programme des camps d’été de ChariTree.

Gary nous fait visiter les endroits où les campeurs ont planté leurs arbres au fil des ans. Nous découvrons de jeunes semis plantés plus tôt dans l’été et des épinettes de huit pieds poussant en bordure du lac qui devaient avoir quatre ou cinq ans. C’est inspirant de savoir que ces arbres étaient autrefois de tout petits plants.

Notre voyage de 8000 km nous rappelle que Mère Nature peut aussi être dure. On a tout vu : avertissements de tornade, violents orages, inondations, feux de forêt. Au Caddy Lake Girl Guide Camp, dans le superbe parc provincial Whiteshell au Manitoba, nous apprenons que les arbres de ChariTree répondent aussi à des besoins particuliers. La directrice Lindsay Lodge nous montre un terrain derrière la cuisine du camp où, quelques années plus tôt, des vents violents ont abattu des épinettes et pins matures. Le camp reboise avec des arbres de ChariTree, donnant aux campeurs la chance de voir les arbres guérir un paysage cicatrisé.

Parfois Mère Nature n’est pas bienveillante envers les arbres. De graves inondations cet été ont forcé le gouvernement du Manitoba à déclarer l’état d’urgence et faire appel à l’armée pour ériger des murs de sacs de sable. À Assiniboine Park, Karen nous montre un terrain inondé par la rivière Assiniboine où des jeunes avaient planté des arbres de ChariTree.

Je parlais plus tôt de la contribution des responsables provinciaux du programme. Ce fut enrichissant de discuter avec Kathy et de prendre connaissance de son expérience et des défis que posent la commande et la cueillette des arbres. Je comprends maintenant mieux la logistique entourant la distribution des arbres à de nombreux camps. Un gros merci à Kathy et à tous les responsables provinciaux et bien sûr à Catherine Ross de l’ACC pour tout leur travail.
Au fil des ans, j’ai fait des démarches pour simplifier le processus, par exemple en mettant en place un formulaire de commande en ligne. Malgré tout, il arrive que tout ne se déroule pas rondement. J’ai été déçue d’apprendre que certains camps n’avaient pas reçu les arbres qu’ils avaient commandés ou, qu’incapables de se présenter à la date de cueillette, leurs arbres avaient été donnés à un autre camp. Je vais prendre du temps pour réfléchir à des façons d’améliorer le processus de commande et de cueillette afin que ces omissions ne se reproduisent plus. J’apprécie toutes vos suggestions pour améliorer le programme.

En repensant à notre voyage et à notre visite des camps, je réalise que le partenariat entre la Fondation ChariTree et l’Association canadienne des camps a de racines profondes. Des arbres poussent à travers le pays et des campeurs contribuent à rendre le monde meilleur. Lorsque les campeurs plantent leurs arbres, ils ont droit à un vœu pour la planète – mon vœu est que ce programme continue de grandir et que les jeunes seront encore plus nombreux à avoir l’occasion de se rapprocher de la nature et de planter des arbres.

– Andrea Koehle Jones, directrice générale, Fondation ChariTree

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Executive Director at The Charitree Foundation
Andrea has a masters degree in journalism and has worked for various news organizations including CBC Newsworld, BCTV and cbc4kids. On Earth Day 2006, she founded Love Trees and The ChariTREE Foundation. She lives near Vancouver, Canada surrounded by trees with her husband and two young children.