Article

Les anciens employés de camp, une ressource inexploitée

Posté le 5 février 2013 par Catherine Ross

eastersealscamps.ca

En 2011, Cheryl Williams a terminé sa thèse de maîtrise à l’Université Royal Roads, en Colombie-Britannique, intitulée « De quelles façons la BC Lions Society peut-elle tisser des relations mutuellement avantageuses avec ses anciens employés de camp? ».

Cheryl a réalisé que les anciens employés de camp représentaient une « source inexploitée en ce sens qu’aucune structure formelle n’est en place pour les engager dans les programmes de camp après leur départ ». Au camp, les employés éprouvent une grande satisfaction à travailler au sein d’une équipe hautement fonctionnelle dans le but de faire une différence dans la vie de leurs campeurs. Après leur départ cependant, peu de moyens sont en place pour leur permettre de poursuivre leur contribution.

Le projet de recherche a envisagé plusieurs formats de collaboration continue, les anciens pouvant être mis à contribution :

– à titre de membres d’un conseil d’administration des anciens;

– à titre de collecteur de fonds (les gens qui font du bénévolat pour un organisme sont plus susceptibles d’y contribuer financièrement);

– à titre de mentors ou conseillers d’employés actuels.

Cheryl Williams

Les recherches de Cheryl indiquent que les gens de la génération née entre 1961 et 1991 sont motivés à faire du bénévolat par altruisme; leur motivation est cependant aussi influencée par d’autres facteurs :

– Ils accordent beaucoup d’importance à la confiance dans leur choix des organismes à appuyer;

– Ils doivent percevoir des retombées de leur expérience, par exemple le développement de compétences;

– Ils désirent être autonomes dans leur prise de décisions et agir selon leurs propres idées;

– Ils sont plus susceptibles de se porter bénévoles si quelqu’un qu’ils connaissent et respectent les recrute.

Les recherches de Cheryl sont encourageantes pour les camps qui envisagent de mettre à contribution leurs anciens employés.

– Les anciens éprouvent un sentiment d’appartenance à leur camp;

– Les anciens souhaitent jouer un rôle dans la collecte de fonds et les orientations futures de leur camp;

– Les anciens sont déjà engagés et impliqués – il reste à mettre en place une structure en bonne et due forme;

– Les anciens ont besoin d’une structure officielle pour s’impliquer et d’occasions de développer leurs compétences.

Cheryl se fera un plaisir de transmettre son ouvrage complet aux personnes qui en manifestent l’intérêt – on peut communiquer avec elle à l’adresse suivante : cheryl@alumni.eastersealscamps.ca

– -Catherine Ross, agente de communications de l’ACC

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Communications Officer at Canadian Camping Association
Catherine's lifelong love of camping began in 1953 when she accompanied her mother, the new camp cook, to Camp Tanamakoon in Algonquin Park. She remained at Tan until 1978 as a camper and in several staff roles. After five years as a teacher, in 1979, Catherine and her husband George purchased Camp Mi-A-Kon-Da for girls in Parry Sound, Ontario which they owned for 20 years. Catherine has served on the Board of the Ontario Camps Association, and is Past President of the Society of Camp Directors. She is currently Communications Officer on the Board of the CCA. She is past editor of Camps Canada, published by the CCA, and the OCAasional News, the newsletter of the OCA. She is the author of four publications. Her articles on camping have appeared in numerous magazines.