Archive for décembre, 2017

De nouveaux visages au Forum de leadership national de l’ACC 2017

Posté le 11 décembre 2017 par Catherine Ross

Fin novembre 2017, 23 dirigeants de camp se sont réunis pendant deux jours au Camp Elphinstone, à Sunshine Coast, dans la magnifique province de la Colombie-Britannique. Parmi eux se trouvaient cinq présidents provinciaux nouvellement élus et deux adjoints nouvellement nommés, tous désireux d’apprendre et d’échanger.

Le président Stéphane Richard nous a guidés à travers un programme chargé, qui portait sur des enjeux importants pour tous les camps du Canada.

Nous avons célébré nos réussites :

  • Grâce au travail accompli avec Tactix, une firme de lobbying, les camps sont désormais exemptés de l’obligation de réaliser une étude d’impact sur le marché du travail avant d’embaucher des moniteurs étrangers temporaires.
  • Deux fois par an, Tactix dresse un rapport de tous les projets de loi provinciaux et fédéraux susceptibles d’avoir des répercussions pour les camps. Cette vigie permet à notre industrie d’être proactive plutôt que réactive.
  • En novembre, Stéphane Richard et Donna Wilkinson ont offert avec succès la formation internationale pour les directeurs de camp à vingt-six participants, à Elphinstone.
  • Nous avons maintenant cinq formateurs qualifiés pour donner cette formation, dont deux sont bilingues, ce qui nous permettra de l’offrir dans les deux langues en 2018.
  • Gabrielle Raill, créatrice de la campagne de marketing nationale, Grâce au camp, nous a informés que nous avons dépassé notre objectif quant au nombre de camps participants à la première année. Avis aux autres camps : joignez-vous à nous MAINTENANT! Lorsqu’elle a été présentée au congrès international à Sotchi, en octobre 2017, la campagne a suscité un grand intérêt, ce qui ouvre la porte à d’éventuelles recettes. La phase 2 de la campagne, Au-delà du plaisir, devrait être lancée en février 2018.

Nous avons été invités à participer à deux importantes initiatives :

  1. Laurie Browne, Ph. D., directrice de la recherche de l’Association des camps des États-Unis, a présenté l’étude d’impact quinquennale novatrice de l’ACA, Research 360, et a invité l’ACC à y participer à titre de suréchantillon. L’étude a pour but de déterminer si et comment les expériences de camp préparent les jeunes à l’université, au monde du travail et à la vie adulte hors des camps. Nous devons décider si nous y participerons d’ici décembre 2017.
  2. Eric Shendelman, président de l’Association des camps de l’Ontario , a assisté à une réunion de la Coalition canadienne pour la prévention de la noyade et a offert de transmettre son rapport d’octobre 2017 au Forum de leadership national. Les coprésidents, Lisa Hanson Ouellette et Dr Steve Beerman, nous demandent de leur fournir des données sur les camps, les campeurs et les programmes offrant des activités sur l’eau. Eric fera parvenir aux provinces un sondage en ligne à cette fin.

Nous avons accepté de relever un défi :

Un nouveau comité cherchera différentes ressources pour nous permettre de continuer de financer les programmes et initiatives qui profitent à tous les camps. Le marketing, la recherche et le lobbying seront au cœur de nos démarches à l’échelle nationale. Si nous disposions de plus de fonds, nous pourrions accepter l’offre de l’Association des camps du Québec de traduire leurs nouveaux documents sur l’inclusion et les procédures d’urgence.

L’histoire de Michael

Posté le 4 décembre 2017 par Catherine Ross

Avez-vous besoin qu’on vous rappelle l’importance cruciale de votre rôle de directeur de camp? Quelle que soit votre réponse, je vous invite à lire l’histoire de Michael.

À 13 ans, ce jeune Autochtone de Parry Sound, en Ontario, a participé à son deuxième camp d’été grâce à l’organisme de bienfaisance Kids in Camp. Laissons-le nous raconter son histoire.

Au personnel de Kids in Camp,

Michael Camp Wapun

Bonjour, je m’appelle Michael. J’ai 13 ans, mais j’aurai 14 ans en septembre. J’habite à Parry Sound, en Ontario, et je suis en 9e année. Je vivais avant à Bear Island, qui est situé juste à côté de l’île où se déroulait mon camp d’été. C’est une petite communauté où j’ai eu beaucoup de plaisir. Aller au camp cette année, c’était comme revenir à la maison. C’était un camp d’excursion en canot, où l’on vous montre à faire un feu de camp, à couper du bois et à cuisiner sur le feu. Les plus grands peuvent apprendre à manœuvrer l’embarcation et à naviguer dans des rapides de classes plus élevées. Je me suis fait tellement d’amis cette année – certains venaient des États-Unis (surtout de l’Ohio) – et j’ai eu la chance de les voir.

Lors de la première excursion de mon groupe, nous sommes allés au mont Maple, deuxième plus haut sommet de l’Ontario. Nous avons ensuite descendu la rivière Temagami et, lors de notre dernier voyage de 21 jours, nous sommes allés à New Liskeard, puis au lac Wanapitei, près de Sudbury. Sur le chemin du retour, nous avons sauté dans l’eau du haut d’une falaise, et mes moniteurs ont sauté du haut d’une chute. C’était incroyable! Cet été, j’ai appris beaucoup de choses sur le portage et la manœuvre d’un canot. Ça m’a fait perdre beaucoup de poids et j’ai pris du muscle. Je n’ai jamais été aussi en forme de ma vie.

Les camps sont importants pour moi, car ces deux dernières années, j’ai eu des ennuis avec mes amis. Je pense que j’aurais fait beaucoup de bêtises cet été si vous ne m’aviez pas donné de l’argent pour aller au camp. Là-bas, je suis avec des camarades qui ne se mettent pas dans le pétrin, parce que nous n’avons pas le temps de faire des âneries. J’ai eu tellement de plaisir cet été et je vous remercie de m’avoir offert cette chance.

Chi-Miigwetch [merci beaucoup]

Michael