Archive for avril, 2015

Le camp pour lutter contre l’intimidation

Posté le 26 avril 2015 par Dr. Christopher Thurber

En 1929, Hedley Dimock et Charles Hendry publient Camping and Character: A Camp Experiment in Character Education (Le camp et le caractère : une expérience en camp sur le développement du caractère), le rapport d’une étude réalisée sur plusieurs années au Camp Ahmek en Ontario. L’étude visait à observer les changements chez les campeurs pendant un séjour de six semaines et de comprendre les mécanismes derrière ces changements. Au nombre des plus de 50 comportements répertoriés par les auteurs figurait l’intimidation. Dimock et Hendry observent que même de petites augmentations de comportements d’intimidation font réagir le personnel. Ils ont également été encouragés par l’énorme augmentation de comportements prosociaux chez les jeunes. Mon préféré : « approcher amicalement un garçon antipathique. »

Quatre-vingts années plus tard, qu’avons-nous appris sur l’intimidation? D’abord, que l’intimidation en tant que telle n’est qu’un côté de la médaille. Pour chaque intimidateur, il y a au moins une victime. Deuxièmement, l’intimidation est cyclique. Une étude récente du Centre américain pour le contrôle des maladies confirme qu’environ trois quarts des intimidateurs sont eux-mêmes des victimes et qu’environ trois victimes sur quatre intimident à leur tour. Troisièmement, l’intimidation est un phénomène social, une interaction dynamique et complexe à la base de laquelle se trouvent des relations malsaines. Punir n’est donc pas la solution; il faut créer des relations saines. Enfin, les témoins d’intimidation peuvent faire quelque chose : un simple « c’est pas correct, ça » ou « lâche-le donc » a le pouvoir de freiner l’intimidation.

Les camps sont bien armés pour lutter contre l’intimidation parce qu’ils constituent un milieu social sain. Au camp, les moniteurs supervisent les jeunes et ont la possibilité d’éduquer les intimidateurs et leurs victimes. Les moniteurs peuvent enseigner les types de comportements prosociaux que Dimock, Hendry et leurs prédécesseurs ont observé dans les camps. C’est plus facile à faire que la plupart des gens le pensent, en partie parce que l’intimidation est souvent une tentative malavisée de créer des liens sociaux. Si vous pouvez enseigner à un intimidateur comment tisser des liens sans avoir recours à la force, aux menaces ou à la violence, vous l’aidez à trouver satisfaction à ses besoins plutôt que de le punir pour ses mauvais coups.

De façon concrète, le camp aide les jeunes des façons suivantes :

  • en leur offrant les modèles de relations interpersonnelles que sont les moniteurs;
  • en incluant la victime et les témoins dans les interventions;
  • en renforçant l’estime de soi fragile de l’intimidateur en lui offrant des occasions de réalisation de soi et de connexion humaine dans divers contextes sportifs et artistiques;
  • en enseignant aux intimidateurs comment interagir et tisser des liens de façon saine. On veut tous appartenir à un groupe – le problème avec les intimidateurs, c’est qu’ils s’y prennent de façon antisociale;
  • en enseignant aux victimes à se dresser contre l’intimidateur d’une façon à ce que celui-ci ne tire aucune satisfaction de son comportement;
  • en établissant au début de la session et en répétant des directives strictes en ce qui concerne la gentillesse et la générosité, puis en multipliant les éloges lorsque les moniteurs sont témoins de comportements prosociaux;
  • en permettant aux intimidateurs et aux victimes de rejouer des interactions inacceptables sous la supervision d’employés adultes expérimentés;
  • en créant délibérément une culture de bienveillance et d’entraide qui peut être différente de celle que les campeurs retrouvent dans leur école ou leur quartier, puis en les immersant dans cette culture;
  • en laissant s’exercer une pression sociale positive qui fait en sorte que les enfants se sentent appréciés et récompensés pour leur gentillesse, leur honnêteté, leur douceur et leur générosité.

Le camp n’est pas une panacée à l’intimidation. En dehors du camp, des forces puissantes, comme la violence dans les médias, inculquent chez les jeunes la notion que la violence est une solution efficace et glorifiante à certains problèmes sociaux. Néanmoins, le camp est une puissante force de changement. Éduquer les intimidateurs, leurs victimes et les témoins n’est qu’une des nombreuses façons que le camp enrichit des vies et change le monde.

Alors la prochaine fois que vous parlerez avec un parent de la façon dont votre camp gère l’intimidation, allez plus loin que « Nous ne tolérons pas l’intimidation ». Expliquez comment votre personnel est formé pour aider les jeunes à se faire des amis. Voilà la meilleure façon de prévenir un comportement antisocial : permettre à chacun de développer un sentiment d’appartenance.

Ensuite, expliquez comment vous jumelez formation en ligne avant la saison et formation sur les lieux pour former votre personnel à repérer l’intimidation, à enseigner des comportements prosociaux, à encourager les témoins à intervenir et à donner aux intimidateurs la chance de faire amende honorable. Il y a aura toujours des comportements graves qui exigent un renvoi, mais la plupart des cas d’intimidation se situent sous ce seuil. Faites valoir la qualité de votre camp en montrant que votre personnel est bien préparé à prévenir l’intimidation et à intervenir de façon réfléchie en cas de besoin.

Cet article a initialement été publié dans le blogue Week-Ender, un produit de la revue Camp Business. Pour vous abonner, rendez-vous au www.campbusiness.com.

Aux camps de l’ACC

Posté le 24 avril 2015 par Government Relations Committee

Aux camps de l’ACC,

Je communique avec vous au nom de l’Association des camps du Canada (ACC).

Nous avons besoin de votre aide. En raison de changements apportés dernièrement au Programme des travailleurs étrangers temporaires, il est devenu très difficile pour les camps d’embaucher du personnel des États-Unis et d’ailleurs dans le monde. Les camps canadiens se sont toujours targués d’employer des personnes matures, compétentes, venant de différents milieux et possédant toutes sortes d’expériences. Ces gens aident à créer une culture de diversité, de sécurité et d’entraide dans nos camps et à faire en sorte que nos établissements répondent aux normes les plus élevées. ll s’agit d’ailleurs souvent d’anciens campeurs. Les camps donnent la priorité aux employés canadiens, mais dépendent de travailleurs internationaux pour compléter leurs effectifs lorsqu’ils sont incapables de trouver des candidats canadiens qualifiés.

Avec l’augmentation coûts et des exigences logistiques, pour certains camps il sera à toutes fins pratiques impossible d’embaucher des travailleurs étrangers cet été et ultérieurement. Le gouvernement s’est initialement rallié à notre cause, mais a maintenant reporté des réunions prévues, est très lent dans ses communications avec nous et ne répond littéralement pas.

Nous demandons à tous les camps accrédités (que vous embauchiez ou non des travailleurs internationaux) de nous aider en contactant tout député conservateur que vous pourriez connaître, soit en envoyant une lettre exprimant vos préoccupations ou en téléphonant. Si vous avez des contacts proches ou une relation personnelle avec le ministre Alexander ou de n’importe quel autre député conservateur, veuillez contacter Mark Diamond (mark@manitoucamp.com) afin qu’il puisse déterminer la meilleure façon de communiquer avec cette personne pour qu’elle nous aide à faire valoir notre position.

Mark Diamond, propriétaire/directeur| Camp Manitou

Le 30 avril n’est pas seulement la date limite pour vos impôts!

Posté le 22 avril 2015 par CCA Communications Committee

Le 30 avril est aussi la date limite pour inscrire votre camp au Défi Roberta Bondar.

Visitez le site Web aujourd’hui pour faire une demande – www.therobertabondarfoundation.org/the-bondar-challenge

Célébrez la Journée nationale du t-shirt de camp le 1er mai 2015!

Posté le 17 avril 2015 par CCA Communications Committee

Camp Shirt Day Poster 2015 French copy - web

(English) Philomena Lowes (1921-2015)

Posté le par CCA Communications Committee

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.

Travailleurs étrangers : renseignements urgents demandés avant le 13 avril

Posté le 7 avril 2015 par Jill Dundas

Afin d’aller de l’avant avec les discussions avec le gouvernement sur les travailleurs étrangers temporaires, nous devons fournir des données fondées sur les questions dans ce sondage.

Veuillez prendre quelques minutes pour répondre à ces questions et transmettre vos réponses à jill.dundas@sympatico.ca au plus tard le 13 avril.

Merci infiniment de votre collaboration.

Les lauréats des prix 2014 de l’ACC

Posté le 6 avril 2015 par CCA Communications Committee

Mike Stewart reçoit la deuxième plus haute reconnaissance de l’ACC, le prix d’honneur Jack Pearse.

Mike contribue depuis plusieurs années à l’amélioration des communications de l’ACC par son travail sur le site web et les réseaux sociaux. Il a participé à l’organisation de la formation pour directeurs de camps canadiens en 2012 et à la tournée pancanadienne de l’ICC en 2008. Nous continuons de profiter de ses compétences et de son souci d’un travail bien fait.

Craig Perlmutter reçoit le prix de reconnaissance spéciale de l’ACC pour son travail sur l’adaptation, pour les moniteurs de camp, de la formation sur les compétences des conducteurs de petits. Le cours a été mis à l’essai à l’été 2014 et est en attente d’homologation de Transports Canada.

Célébrez la Journée nationale du t-shirt de camp le 1er mai 2015!

Posté le 1 avril 2015 par CCA Communications Committee

Camp Shirt Day Poster 2015 French copy - web