Archive for novembre, 2014

Pour un salon des camps réussi

Posté le 24 novembre 2014 par Jeff Bradshaw

Les salons de camps sont devenus, pour les camps de jour et les camps de vacances, une plateforme de choix pour joindre une vaste clientèle.

BUT

Our Kids Media Camp Fair 2011 - 1

Courtesy Our Kids Media

  • Pour les camps, un salon est une occasion de donner collectivement une image professionnelle aux programmes de loisirs et de camps pour jeunes. Pour les familles, le salon offre la possibilité de faire tout son magasinage au même endroit.
  • En travaillant ensemble, les camps passent d’une approche compétitive à une approche collaborative. Le plus important dans le choix d’un camp, c’est que l’enfant passe un séjour agréable et enrichissant. Dans cette optique, les salons sont devenus un formidable forum de coopération où les camps se réfèrent entre eux dans le but de trouver le camp qui correspond le mieux aux intérêts et aux prédispositions de l’enfant.

ÉTIQUETTE

  • Un climat de respect et d’entraide existe entre les exposants. Ainsi, on n’offre pas de cadeaux aux familles (ex. : passes gratuites, chapeaux, tirage de semaines gratuites, souvenirs, etc.) et on limite au minimum le bruit (la musique, si on en fait jouer, ne doit pas déranger les conversations aux kiosques voisins).

À APPORTER

  • Amplement de documentation à distribuer.
  • Un bloc-notes sur lequel les gens peuvent inscrire leurs coordonnées si vous désirez envoyer des renseignements complémentaires aux familles intéressées ou les inclure dans votre liste d’envoi.
  • Des rallonges si vous apportez des appareils électriques (ordinateur portable, lecteur DVD).
  • D’enthousiastes employés de longue date pour vous aider.

AUTRES CONSIDÉRATIONS

Our Kids Media Camp Fair 2011 - 2

Courtesy Our Kids Media

  • Habillez-vous confortablement mais convenablement… les jeans sont à proscrire.
  • Portez une étiquette affichant votre nom et votre titre en gros caractères.
  • Les périodes d’ouverture des salons étant relativement courtes, il est préférable de se tenir debout à votre kiosque plutôt que d’être assis.
  • Résistez à la tentation de jaser avec vos collèges. Concentrez toute votre attention sur le public.
  • Arrivez avec suffisamment d’avance pour le montage et soyez prêts à rester jusqu’à la fermeture.

(English) Parks Canada encourages outdoor experience for kids through Canada’s Coolest School Trip Contest

Posté le 20 novembre 2014 par CCA Communications Committee

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.

Gestion de camps d’été : cinq tendances des cinq prochaines années

Posté le 17 novembre 2014 par Travis Allison

ouareau-archeryQuiconque a dirigé un camp pour plus de 10 minutes sait ceci : le milieu des camps se transforme à une vitesse effarante. Si je me fie au rythme de l’évolution depuis mon premier poste de directeur de camp en 1994, je crois que les changements ne feront que s’accélérer. L’industrie des camps d’été se trouve à un point critique.

Pour faire face au changement, les directeurs doivent se forcer à voir plus loin que les défis quotidiens de leur travail et observer ce qui se passe dans le reste du monde des affaires. Considérez ceci : pour plusieurs moniteurs qui entrent à l’université à l’automne 2015, leur poste n’existe pas encore. Dans cet environnement en pleine évolution, nous devons être disposés à nous transformer nous-mêmes ainsi que nos camps.

Voici cinq pratiques qui, à mon sens, seront essentielles au succès des camps au cours des cinq prochaines années.

Miser sur le visuel

Créer un récit émouvant autour de votre camp passe par le visuel. Voyez comment, ce matin, vous avez parcouru votre fil de nouvelles Facebook. Rappelez-vous les histoires qui ont capté votre attention. Il y a fort à parier qu’une bonne partie d’entre elles comportait une vidéo ou une photo accrocheuse.

Le choix d’un camp d’été est une décision hautement émotive parce qu’elle implique des enfants et des parents. Nous devons devenir maîtres dans l’art de susciter des émotions à l’aide de photos et de vidéos.

Je vous lance un défi : chaque fois que vous vous asseyez pour taper un message, essayez de trouver une façon de remplacer le texte par des photos, des images ou une vidéo.

Ce savoir-faire sera essentiel pour raconter l’histoire des transformations qui s’opèrent grâce au camp.

Maîtriser la technologie

La technologie est intimidante pour tout le monde. Même ceux qui sont à l’aise et expérimentent avec de nouvelles tehcnologies peuvent rapidement être dépassés. C’est pourquoi, en tant que gestionnaires responsables, nous devons trouver des moyens de suivre le rythme. Même un exercice aussi simple que The Hour of Code™ peut nous aider à poursuivre notre apprentissage. Autant le camp est une occasion précieuse pour les enfants de s’éloigner du stress que provoquent les nouvelles technologies, autant sont-elles un outil essentiel pour les dirigeants de camp.

Placer le client au cœur du récit

Nous sommes tombés dans un piège.

Lorsque nous parlons de nos camps, sur le Web ou en personne, nous avons tendance à parler de nous-mêmes. Nous essayons de recruter des familles – dont beaucoup ne comprennent pas du tout ce qu’est un camp – en parlant de notre ratio moniteur-campeurs ou du fait que nous sommes un camp « traditionnel ». On présume que les parents ont une connaissance sommaire de la façon dont un camp fonctionne. Pour beaucoup d’entre eux, ce n’est pas le cas.

Si nous voulons rejoindre davantage de familles qui n’ont jamais vécu l’expérience du camp, il faut que nous parlions de nos camps autrement. Une façon de capter leur attention est de cesser de parler de nous-mêmes. Les parents doivent se voir dans le récit que nous racontons. Imaginez comment votre camp se démarquerait des autres activités estivales si votre site Web mettait l’accent, en partie, sur la vie des familles d’aujourd’hui? Imaginez, par exemple, à côté de la photo de ces trois campeurs qui se prennent dans les bras, l’image d’une mère stressée qui essaie de parler à ses enfants qui ont la tête plongée dans leurs téléphones.

En incluant ce type d’image sur votre site Web, vous montrez aux familles que vous comprenez leur vie. Et vous commencez à raconter la transformation que suscitera chez elles votre camp.

Faire des déclarations audacieuses

Parce que nous passons nos journées à créer un environnement sécuritaire et accueillant pour les enfants d’autrui, nous avons tendance à décrire notre super produit dans des termes ennuyants.

J’adore la citation de Simon Sinek qui dit que « les gens n’achètent pas ce que vous faites, ils achètent la raison pour laquelle vous le faites ». Ce que dit Sinek, c’est que les gens doivent comprendre la raison d’être de votre camp.

Pour qu’elle se démarque des nombreuses options d’activités estivales offertes aux familles, votre raison d’être doit être audacieuse.

Le but du réseau CampHacker est d’associer aux camps un message si fort que les parents aient l’impression de laisser tomber leurs enfants en ne les envoyant pas au camp.

Les mots, j’en suis conscient, risquent d’être aliénants pour certains. C’est une déclaration audacieuse, directe et percutante. Les dirigeants de camp repoussés par le message de CampHacker ne seront probablement pas intéressés à travailler avec nous. Ceux qui le sont n’ont pas peur d’afficher leur passion.

Apprendre à relaxer

Mettre ces concepts en pratique peut être ardu et fatigant. C’est pourquoi le cinquième porte sur l’équilibre. Pour avoir l’énergie nécessaire pour mener à bien l’organisation d’un camp et transformer des vies, il faut prendre le temps de se détendre. C’est essentiel à notre capacité de faire ce travail.

Je pense que chaque personne doit trouver sa propre façon de se détendre. Pour moi, c’est une marche avec mon chien tous les matins ou 100 respirations méditatives par jour. Nous devons rechercher un équilibre avant autant d’intention que nous nous appliquons à améliorer la vie de nos campeurs et de nos moniteurs.

L’industrie des camps subira de profonds changements au cours des cinq prochaines années. J’ai bien l’intention de suivre le mouvement, et j’espère c’est ensemble que nous le ferons.