Archive for février, 2013

Le Défi Bondar

Posté le 26 février 2013 par CCA Communications Committee

Dr Roberta Bondar est une icône canadienne surtout connue pour son voyage à bord de la navette Discovery en tant que première neurologiste au monde et première femme au Canada dans l’espace. Au cours de sa prolifique carrière, elle a cumulé les métiers de scientifique, médecin, astronaute, auteur, éducatrice en environnement et photographe professionnelle.

À  l’été 2012, la fondation Roberta Bondar s’est associée à l’Association des camps du Canada dans le but de lancer le Défi Bondar, mettant le programme à l’essai dans cinq camps d’été. S’inspirant du succès du Défi Bondar dans les écoles, le défi amène les campeurs à se servir d’un appareil-photo pour apprendre sur l’environnement. Les campeurs sont appelés à prendre en photo une scène de biodiversité dans leur environnement, puis de rédiger un énoncé accompagnant la photo. Mariant l’art de la photographie avec les sciences de la nature, le programme favorise un rapprochement avec la nature et sensibilise les participants à la protection de l’environnement et à la citoyenneté globale. Les images et énoncés qui remportent le concours voyageront avec l’exposition itinérante de la fondation.

Vous pouvez visionner les images gagnantes de l’édition 2012 sur la page du Défi Bondar du site Web de la fondation Roberta Bondar.

Votre camp peut participer au Défi Bondar dès l’été 2013.

Rôle de la fondation

Les frais d’inscription de 25 $ par responsable comprennent :

  • Un accès illimité au programme pour l’été 2013 par les moniteurs formés;
  • Une trousse contenant tous les renseignements sur le programme (règles, critères d’évaluation, date limite, directives de soumission, etc.);
  • Des documents de formation à l’intention des moniteurs livrant le programme, y compris des attestations de formation signées par la Dr Bondar;
  • Un accès en ligne aux outils de formation, documents, règlements et instructions du programme;
  • Un macaron numérique pour les moniteurs qui remplissent une évaluation du programme à la fin de l’été;
  • La reconnaissance comme camp participant sur le site Web de la fondation Roberta Bondar;
  • Les images gagnantes seront publiées sur le site Web de la fondation.

Rôle du camp

Les camps s’engagent à ce qui suit :

  • Les moniteurs livrant le programme doivent suivre la formation en ligne sur le site Web de la fondation;
  • Les participants doivent y consacrer au moins six heures réparties sur au moins deux jours;
  • Les campeurs et le personnel recevront les droits d’accès nécessaires pour visionner les images, rédiger les énoncés et faire leurs soumissions en ligne;
  • Le personnel sera appelé à répondre à un questionnaire en ligne au sujet de l’expérience.

S’inscrire

Les camps membres de l’ACC peuvent s’inscrire en ligne sur le site Web de la fondation Roberta Bondar au www.therbf.org.

La période d’inscription débute le 1er mars 2013 et se termine le 30 avril 2013 à 20 (HNE).

BackCheck

Posté le 19 février 2013 par CCA Communications Committee

Les vérifications de casiers judiciaires (VCJ) font partie du processus d’embauche/de vérification dans l’industrie des camps.

BackCheck.caLa question que la plupart des employeurs de camp se posent est : « Quel type de VCJ canadien doit être effectué sur un bénévole potentiel/candidat à un emploi rémunéré? »

L’information suivante aide à mieux comprendre les types de services disponibles pour la VCJ, et lequel utiliser pour le processus d’embauche/de vérification. Actuellement la vérification de casier judiciaire (VCJ) canadien la plus communément effectuée dans l’industrie des camps est soit une VCJ via la base de données du CIPC, ou une VCJ qui comprend une vérification du secteur vulnérable (VSV) :

VCJ à partir du nom : – Une recherche (via la base de données du CIPC) de toutes les condamnations non-pardonnées, y compris celles de nature sexuelle.
Conformément à la politique récemment publiée de la GRC, une VCJ à partir du nom peut être effectuée par une société tierce accréditée (comme BackCheck) ou le service de police local où réside le candidat. BackCheck effectue la recherche via la même base de données que les services de police, en utilisant les services policiers canadiens opérant au sein des termes d’un protocole d’entente signé par le service de police, BackCheck et la GRC.

VCJ à partir du nom avec la VSV : – comprend ce qui suit :
– VCJ à partir du nom – Une recherche de toutes les condamnations non-pardonnées, y compris celles de nature sexuelle
– Vérification des infractions sexuelles pardonnées – Une recherche de toutes les condamnations pardonnées de nature sexuelle
– Information de la police locale – Une recherche des renseignements de la police locale

À l’heure actuelle, BackCheck peut effectuer :
– Une VCJ qui couvre toutes les condamnations non-pardonnées, y compris celles de nature sexuelle.
– L’information de la police locale via la base de données PIAF (hors condamnations, information générale)
– Confirmation des détails des condamnations énumérées par le candidat sur notre formulaire de consentement

La question devant être posée est « Quel type de VCJ canadien doit être effectué sur un bénévole potentiel/candidat à un emploi rémunéré? »

La réponse est : l’un ou l’autre, dépendamment de l’âge du candidat, ou si un renouvellement de la VCJ est effectué. En d’autres termes, tous les candidats n’auront pas besoin d’une VCJ avec la VSV.

Certains fournisseurs d’assurance ont fait des concessions à leurs clients nécessitant une vérification de casier judiciaire avec la VSV.

Qu’est-ce que cela signifie? La vérification de la base de données sur les délinquants sexuels réhabilités (VSV) n’est pas requise pour les personnes âgées de moins de 25 ans, ou, pour les personnes de 25 ans et plus qui ont déjà eu une VSV effectuée au cours des 5 dernières années à ce poste et ayant une autre VCJ effectuée. Seules les personnes de 25 ans et plus qui ont a) une VCJ effectuée pour la première fois, ou b) eu leur dernière VCJ effectuée il y a plus de 5 ans, devront se rendre à leur service de police local pour effectuer une VCJ avec la VSV. (Conformément à la politique du CIPC de la GRC, une VCJ avec la VSV doit être effectuée par le service de police local qui est situé dans la même juridiction où le candidat réside actuellement.) La plus jeune personne dans la base de données sur les délinquants sexuels réhabilités a 26 ans ; il n’y a donc aucune raison d’éprouver des retards et faire les empreintes digitales potentielles associés à la VSV lorsque la VCJ et la recherche PIAF retournent ces éléments. Ils ne sont pas des délinquants sexuels réhabilités.

Nous vous suggérons les recommandations suivantes concernant les vérifications de casiers judiciaires :

Pour tous les candidats âgés de 18 à 25 ans, vous pouvez commander une VCJ (y compris l’information de la police locale) par l’intermédiaire de BackCheck – BackCheck recherche l’information de la police locale dans tous les systèmes de dossiers des services de la police locale pour les infractions graves. Vous pouvez également demander au candidat de se présenter à leur service de police local.

Pour les candidats de 25 ans et plus ayant effectué une VSV à ce poste et qui est dans les dossiers de votre organisation au cours des 5 dernières années, vous pouvez utiliser la VCJ et l’information de la police locale par l’intermédiaire de BackCheck.
Vous pouvez également demander au candidat de se présenter à leur service de police local.
– L’option ci-dessus est dû au fait que si une VCJ antérieure avec une VSV a été effectuée au cours des 5 dernières années et que les résultats étaient « favorables » une vérification de la base de données sur les délinquants sexuels réhabilités n’est pas nécessaire. Même si le candidat a eu des convictions depuis la dernière VCJ/VSV, la personne dans ce cas devra attendre un certain nombre d’années après la date de la condamnation avant d’obtenir une demande de pardon, si en réalité accordé.

Pour les candidats de 25 ans et plus qui n’ont pas effectué une vérification de casier judiciaire ou une VSV par votre organisation au cours des 5 dernières années – Veuillez demander au candidat de se présenter à leur service de police local où ils résident actuellement pour effectuer une VCJ qui comprend une VSV.

Veuillez noter : Lorsque vous utilisez BackCheck, un service de police canadien accrédité et agréé contracté par BackCheck, effectuera les réelles vérifications de casiers judiciaires.

Pour résumer, vous pouvez effectuer une VCJ à partir du nom soit par un tiers (comme BackCheck – qui fera également la recherche d’information auprès de la police locale) ou soit par le service de police local du candidat.

Pour effectuer une VCJ avec la VSV, le candidat doit se présenter au service de police local où il réside actuellement.

Veuillez vérifier auprès de votre société d’assurance si elle accepte une VCJ sans la VSV selon les recommandations ci-dessus.

Les recommandations susmentionnées sont également utilisées et recommandées par les fournisseurs d’assurance, comme Robertson Hall d’assurance, les entreprises et les organisations, comme la corporation des services en éducation de l’Ontario,  et Winning Kids Inc (la société qui a créé le plan planifions pour protéger).

Les avantages du processus en ligne de vérification de casier judiciaire sans support papier de BackCheck sont :
– Format en ligne sans support papier
– L’organisation et le candidat reçoivent les résultats via un compte en ligne en toute sécurité.
– Le candidat peut facilement compléter la vérification d’identité par l’intermédiaire de Postes Canada à l’une des 5000 succursales participantes.
– Le candidat conserve une copie de leur vérification de casier judiciaire, dont ils peuvent partager gratuitement avec d’autres organisations.
– La garantie des résultats disponibles en un jour ouvrable.
– Un système de livraison en ligne infalsifiable empêchant la manipulation numérique des documents.
– Des options de paiement flexibles permettant le paiement soit par le candidat ou l’organisation.
– Des résultats déterminés par nos partenaires de police en utilisant la base de données CIPC de la GRC.
– En respect avec les lois sur les droits de la personne et la protection de la vie privée du Canada.
– BackCheck fera un don à l’Association des camps du Canada pour chaque VCJ effectuée
– Recommandé par et membre de l’ACC depuis 2006

Excellentes nouvelles! Les totaux sont là, et TELUS fera un don de plus de 15.000 $ pour aider des enfants défavorisés à partir en camp à travers le pays en 2013!

Cela est dû au fait que pour chaque VCJ commandée via BackCheck pour les camps membres de l’ACC, TELUS fait un don de 5.00 $ par VCJ effectuée pour les diverses associations provinciales de camps d’où provient la VCJ.

Pour en savoir plus ou pour commencer à utiliser le service de vérification de casier judiciaire de BackCheck, veuillez contacter Jean-Guy Frenette au 514-826-6827 ou par courriel jgfrenette@backcheck.ca

Programme de plantation d’arbres 2013 de la Fondation ChariTREE

Posté le 12 février 2013 par CCA Communications Committee

Ce programme est ouvert à tous les camps canadiens, y compris ceux qui ont planté des arbres lors des années précédentes.

COMMANDE

Communiquez avec votre représentant provincial (indiqué ci-dessous) d’ici le 1er avril 2013 pour passer une commande, en prenant soin d’indiquer le nombre d’arbres et l’endroit où ils seront plantés. Vous avez le choix de commander de 40 à 800 arbres. Puisqu’Andrea commande les arbres de pépinières dans chaque province, les semis sont adaptés aux conditions de culture de votre province. Les arbres sont livrés dans des boîtes de carton contenant 20 arbres.

LIVRAISON

Les arbres seront livrés au cours des deux dernières semaines de juin. Vous serez avisé par votre représentant de la date exacte et du lieu de cueillette dans votre province. Andrea s’est engagée à livrer l’ensemble de la commande de chaque province à un endroit, qui est choisi par le représentant provincial. Votre représentant vous informera du lieu de cueillette avant que vous passiez votre commande. Les camps sont responsables de chercher leur commande à cet endroit ou d’organiser la livraison vers leur camp. Les arbres peuvent être entreposés dans un endroit sombre et sec pour un maximum de deux semaines avant d’être plantés.

Le camp convient :

– d’accuser réception des arbres dans les plus brefs délais directement auprès d’Andréa (cette démarche se fait en ligne – les camps qui manquent à cette obligation deviendront inadmissibles au programme à l’avenir);

– de planter les arbres avec leurs campeurs dans les deux semaines suivant leur réception;

– d’arroser les semis si le temps est sec.

Pour de plus amples renseignements sur Andrea Koehle Jones et la Fondation ChariTREE, visitez le site Web de la fondation au www.charitree-foundation.org.

REPRÉSENTANTS PROVINCIAUX

Colombie-Britannique

Bronco Cathcart (bronco@sasamat.org)

Alberta

Kathy Koehler (Koehler.gk@gmail.com)

Saskatchewan

Donna Wilkinson (donnaw@sasktel.net)

Manitoba

Bryan Ezako (executivedirector@mbcamping.ca)

Ontario

Nicole Markowitz (nicole@ontariocamps.ca)

Québec

Tanya Desrochers (tanyaire@hotmail.com)

Nouveau-Brunswick

Dean Stephenson (dean.stephenson@xplornet.ca)

Nouvelle-Écosse

Roxy Peterson (education@artscentre.ca)

Terre-Neuve-et-Labrador

Malcolm Turner (killdevil.camp@gmail.com)

(English) Devices Dilemma

Posté le 7 février 2013 par Mike Stewart

Désolé, cette information est uniquement disponible en anglais.

Les anciens employés de camp, une ressource inexploitée

Posté le 5 février 2013 par Catherine Ross

eastersealscamps.ca

En 2011, Cheryl Williams a terminé sa thèse de maîtrise à l’Université Royal Roads, en Colombie-Britannique, intitulée « De quelles façons la BC Lions Society peut-elle tisser des relations mutuellement avantageuses avec ses anciens employés de camp? ».

Cheryl a réalisé que les anciens employés de camp représentaient une « source inexploitée en ce sens qu’aucune structure formelle n’est en place pour les engager dans les programmes de camp après leur départ ». Au camp, les employés éprouvent une grande satisfaction à travailler au sein d’une équipe hautement fonctionnelle dans le but de faire une différence dans la vie de leurs campeurs. Après leur départ cependant, peu de moyens sont en place pour leur permettre de poursuivre leur contribution.

Le projet de recherche a envisagé plusieurs formats de collaboration continue, les anciens pouvant être mis à contribution :

– à titre de membres d’un conseil d’administration des anciens;

– à titre de collecteur de fonds (les gens qui font du bénévolat pour un organisme sont plus susceptibles d’y contribuer financièrement);

– à titre de mentors ou conseillers d’employés actuels.

Cheryl Williams

Les recherches de Cheryl indiquent que les gens de la génération née entre 1961 et 1991 sont motivés à faire du bénévolat par altruisme; leur motivation est cependant aussi influencée par d’autres facteurs :

– Ils accordent beaucoup d’importance à la confiance dans leur choix des organismes à appuyer;

– Ils doivent percevoir des retombées de leur expérience, par exemple le développement de compétences;

– Ils désirent être autonomes dans leur prise de décisions et agir selon leurs propres idées;

– Ils sont plus susceptibles de se porter bénévoles si quelqu’un qu’ils connaissent et respectent les recrute.

Les recherches de Cheryl sont encourageantes pour les camps qui envisagent de mettre à contribution leurs anciens employés.

– Les anciens éprouvent un sentiment d’appartenance à leur camp;

– Les anciens souhaitent jouer un rôle dans la collecte de fonds et les orientations futures de leur camp;

– Les anciens sont déjà engagés et impliqués – il reste à mettre en place une structure en bonne et due forme;

– Les anciens ont besoin d’une structure officielle pour s’impliquer et d’occasions de développer leurs compétences.

Cheryl se fera un plaisir de transmettre son ouvrage complet aux personnes qui en manifestent l’intérêt – on peut communiquer avec elle à l’adresse suivante : cheryl@alumni.eastersealscamps.ca

– -Catherine Ross, agente de communications de l’ACC