Archive for octobre, 2011

Play It, Measure It, un outil unique et utile pour les dirigeants de camp

Posté le 8 octobre 2011 par spreston

Les dirigeants de camp estiment que l’expérience du camp apprend aux enfants à se créer de nouvelles amitiés, à travailler en équipe, à socialiser et à regarder tout ce qui les entoure de façon positive. Bien que ce soit sans doute le cas, cette réalité ne repose pas sur des preuves scientifiques. Un nouvel ouvrage, avec CD, Play It, Measure It, qu’on peut se procurer par l’entremise de l’American Camp Association (ACA), change les choses. (Bientôt, nous aurons les résultats du projet de recherche sur les camps d’été de Waterloo, qui mesure également les bienfaits de l’expérience au camp).

Play It, Measure It, rédigépar Mark Roark, de la Utah State University et Faith Evans, M Ed, réunit des séquences intentionnellement conçues d’activités thématiques, accompagnées de questionnaires servant à mesurer les résultats. Les programmes sont adaptés aux jeunes de 9 à 17 ans. Deux séries d’activités enchaînées se concentrent sur les compétences de camaraderie, l’une sur le travail d’équipe et une autre sur l’affinité pour l’exploration. Dans la dernière activité de chaque programme, on invite les participants à répondre à un bref questionnaire préparé par l’ACA pour mesurer les résultats. Le CD complémentaire fournit du matériel documentaire pour le chef de camp et un modèle sur Excel pour l’entrée et l’analyse des données.

Le livre est principalement axé sur l’amusement. Mais en outre, il permet de mesurer les résultats des programmes de camp. Prenez en considération les avantages qu’il y a à mesurer réellement les résultats et à partager avec le personnel, les parents, les conseils d’administration ou les fondateurs dans quelle mesure votre camp atteint les objectifs du programme. Offert à la librairie de l’ACA en ligne sur le site Web de l’ACA.

Renforcer la participation des employés pendant les camps d’été

Posté le 3 octobre 2011 par spreston

Bob Wiebe (membre du conseil de l’ACC représentant le Manitoba)

Tout au long de ma carrière, j’ai côtoyé des employeurs dans les entreprises et dans les organismes sans but lucratif. Et ce que j’y ai vu m’a beaucoup sensibilisé à la question de la participation des employés. Toutes organisations, peu importe sa nature, cherchent des employés qui ne se contentent pas de faire les heures et de récupérer leur paye. Elles cherchent plutôt du personnel dévoué qui n’hésite pas à aller au-delà des balises prescrites dans la description de travail. Plus que tout, les employeurs cherchent du personnel qui s’investit pleinement dans l’organisation. Quel meilleur mot pour décrire cette situation que le mot « participation »? Pour bien faire le tour de la notion de participation, il convient de poser la question suivante : « Comment s’y prendre pour qu’un employé donne le meilleur de lui-même au travail? »

J’ai justement posé la question à mon entourage et les résultats ont de quoi étonner. De façon générale, les personnes seront portées à participer plus si :

* l’employeur s’intéresse à elles n’ont pas à titre d’employé, mais d’individu;
* l’employeur ne craint pas de leur confier de nouvelles responsabilités;
* l’employeur sait à quel moment intervenir pour leur prêter main-forte et ne pas empiéter sur leur autonomie;
* l’employeur voit en elles des associées et non pas des employées;
* leur équipe de travail sait créer un environnement propice à l’entraide.

Selon ce que j’ai appris au sujet de la participation, si un employeur veut que ses employés s’investissent au travail, il lui incombe de prêcher par l’exemple en donnant le meilleur de lui-même et en prenant le temps de s’intéresser à chacun d’eux. Peu importe si l’employeur prône des méthodes éprouvées telles que les primes au rendement ou les exercices de synergie de groupe, elles échoueront toutes s’il ne s’intéresse pas à son personnel.