Archive for avril, 2011

Célébrons la Journée nationale du canot

Posté le 19 avril 2011 par spreston

En 2007, le canot a été nommé parmi les sept merveilles du Canada dans le cadre d’une émission de la CBC Radio où plus d’un million de votes ont été recueillis. En célébration de cette reconnaissance, le Musée canadien du canot a fondé la Journée nationale du canot dans le but d’accroître la participation aux sports de pagaie au Canada. En 2011, la journée désignée est le 26 juin, mais une journée dédiée à la célébration du canot et du kayak peut bien sûr être tenue n’importe quelle journée pendant la saison des camps.

On vous invite à participer en coordonnant, puis en documentant une activité liée au canot dans votre région. Inscrivez votre événement sur le site Web du Musée du canot et racontez son déroulement à l’aide de photos, vidéos ou dans un blogue. Sur le site Web du musée www.canoemuseum.ca, on relate comment des participants dans le passé ont célébré le canot, un symbole du patrimoine canadien.

Le site Web suggère également une activité pour les campeurs axée sur le plaisir et la découverte de trois embarcations uniques exhibées au musée de Peterborough, en Ontario : un kayak de la baie d’Hudson, une pirogue de Colombie-Britannique et un canot d’écorce de bouleau Ojibwé. Les campeurs sont invités à créer leur propre embarcation miniature en papier cartonné, puis à le mettre à l’eau ou participer à une course avec leurs camarades.

Le Musée canadien du canot accueille membres et donateurs et offre un programme unique permettant d’« adopter » un canot.

Étonnant tout de même ce qu’on peut trouver en fouillant un peu

Posté le 12 avril 2011 par spreston

Peter et Barb Gilbert

Un centre familial urbain célèbre son centenaire en 2011. En fouillant dans de vieux papiers, on a découvert que le centre exploitait un camp d’été de 1918 à 1970 à un célèbre domaine de villégiature d’une illustre famille canadienne en bordure d’un lac. L’un des membres de la famille avait été le principal bienfaiteur et pilier du camp pendant la majeure partie de son existence. On n’en savait pas plus.

On nous a demandé de pousser plus à fond les recherches dans l’espoir d’en apprendre davantage sur le camp.

Rien n’indiquait que le camp était affilié à l’association provinciale des camps. Il n’y avait rien non plus dans les archives de la Trent University.

Nous avons rejoint un bon  ami qui est membre du conseil d’administration d’une fondation créée par une famille du même nom et appartenant au même type d’entreprise.

Il arrive parfois d’avoir la chance de son côté.

Son frère et lui sont des descendants. Ils se souviennent tous les deux du camp, même s’ils n’y ont pas participé. Ils nous ont autorisés à contacter l’archiviste qui effectuait des recherches sur leur famille et à orienter nos recherches aux archives municipales pour en apprendre davantage sur leur famille, leur entreprise et leur œuvre de charité.

À partir de ces sources, le comité a pu accéder à une foule de documents percutants. L’archiviste s’est aussi souvenu de vieux films, photos et souvenirs qu’il avait aperçus quelque part. Des recherches dans l’immeuble du centre familial ont permis de découvrir une boîte cachée à l’arrière d’une armoire d’entreposage. Tout y était, y compris des films des campeurs et du camp, en noir et blanc des années 1920, jusqu’aux années soixante, en super 8 couleur. Ces articles en eux-mêmes constituent un trésor historique. Heureusement pour les gens du centre familial aujourd’hui, on a décidé de conserver tous ces vieux documents qui remontent à la fermeture du camp, il y a quarante ans.

Leur camp aura désormais sa place dans les activités et présentations. Tous ceux qui participeront aux célébrations du centenaire pourront ainsi retracer l’histoire et les origines ancestrales du camp.

Mais ce qui aura l’heur de plaire aux futurs chercheurs, c’est que le comité s’est offert pour reproduire tout le matériel recueilli et l’offrir aux Archives de la Trent University au terme des célébrations.

Ce camp, qui est fermé depuis longtemps, avait ouvert ses portes à l’époque des pionniers des camps organisés pour enfants. Il offre maintenant un matériel d’archive qui sera fort précieux pour illustrer les débuts des camps au Canada.

Et qui sait si les documents en votre possession sur votre camp ne prendront pas une importance historique dans quarante ans?

Peter et Barb Gilbert, 613-475-1689 ou pbgilbert@me.com

Le programme Plantez des arbres est de retour pour l’été 2011

Posté le 5 avril 2011 par spreston

Cette année encore, tous les camps du Canada, y compris ceux qui ont pris part à cet exercice à l’été 2009 et 2010, sont invités à reverdir leur propriété en y plantant des arbres. Madame Andrea Koehle Jones, directrice générale de la Charitree Foundation, fera le nécessaire pour expédier gratuitement des semis dans chaque province. Toute l’information nécessaire pour savoir comment participer à cette activité est en ligne à l’un ou l’autre des sites Web suivants : www.charitree.ca et www.lovetrees.ca .

Tous les camps désireux de mettre la main à la « terre » ont jusqu’au 2 mai prochain pour commander leurs semis (entre 40 et 800), par courriel, auprès de leur représentant provincial de l’ACC. Il est important d’indiquer la date à de la mise en terre, car les semis ne peuvent être entreposés dans un endroit frais que pour un maximum de deux semaines.

Colombie-Britannique          Pam Chater (pam.chater@vanymca.org)
Alberta                                 Kathy Koehler (gkoehler@telus.net)
Saskatchewan                     Donna Wilkinson (donnaw@sasktel.net)
Manitoba                             Bob Wiebe (bobwiebe@mts.net)
Ontario                                Dave Graham (dave@kandalore.com)
Québec                                Tanya Desrochers (tanyaire@hotmail.com)
New Brunswick                     Stéphane Richard (Stephane.Richard@diabetes.ca)
Nouvelle-Écosse et I.-P.É.    Roxy Peterson (education@artscentre.ca)
Terre-Neuve et Labrador      Malcolm Turner (killdevil.camp@gmail.com)

Chaque boîte contient 20 semis. Ceux-ci sont emballés individuellement dans un plastique et ne prennent que très peu de place. En fait, il est aisé d’en faire entrer 1500 dans le coffre d’une voiture. Par ailleurs, comme les semis sont cultivés dans la province où ils sont destinés, ils pousseront sans problème.

À la mi-juin, la Charitree Foundation expédiera les semis à ses frais vers un seul point de collecte par province. C’est aux représentants de déterminer l’emplacement de ce point et d’en informer les camps participants. Il leur incombera également de communiquer la date de réception. Quant aux camps, ils devront faire le nécessaire pour aller récupérer les semis ou se les faire livrer depuis ce point de collecte, ET CE, À LEURS FRAIS.

Dès réception des semis, les camps auront à remplir le formulaire remis par les représentants provinciaux et à l’envoyer, par courriel, à madame Andrea Koehle Jones, à l’adresse andrea@charitree.ca . Il est impératif que les camps retournent ce formulaire dans les plus brefs délais à madame Koehle Jones : elle en a besoin pour ses dossiers.

Alors, cet été, l’ACC espère que les camps répondront en grand nombre à la présente invitation et qu’ils continueront l’œuvre des milliers de campeurs qui ont contribué à leur façon à sauver la planète en plantant des arbres.