Archive for février, 2011

Utilisez vos vieilleries pour faire vivre le patrimoine de votre camp

Posté le 8 février 2011 par spreston

– Barb et Peter Gilbert

L’histoire de votre camp s’exprime dans tout ce que contiennent ses documents officiels. Peu importe que vos documents soient des listes, des manuels, des formulaires ou encore des contrats, ils sont porteurs d’histoire et intéressent les archivistes de l’Université Trent, où est conservée la collection des camps du Canada, qui les analysent pour les besoins de leurs recherches.

Toutefois, dans le cas présent l’aspect matériel, bien qu’il ne faille pas le négliger, n’est rien à côté de l’aspect humain. Sans le vécu, les réussites ou les échecs des gens qui l’ont fréquenté, que ce soit à titre d’employé ou de campeur, il serait difficile de retracer l’histoire de votre camp.

Il y a plusieurs années, nous avons découvert un carton rempli de vieilles photos et les avons accrochés au mur du réfectoire. À l’instant même où les campeurs et les conseillers les remarquèrent, des tas de questions et commentaires fusèrent de part et d’autre : Le réfectoire avait l’air de ça? Les enfants s’habillaient de la sorte? Était-ce une excursion de camping? On a déplacé la tour au plongeon? Comme les arbres étaient petits et nombreux! Ils venaient au camp en train à vapeur? Qui étaient ces invités de marque devant le pavillon? De l’autre côté du lac, il n’y avait que de la forêt! Ce ne seraient pas mes parents à mon âge là? Poussés par la curiosité, quelques campeurs et conseillers se sont mis à chercher la vieille tour au plongeon qu’ils ont d’ailleurs retrouvée tout près de l’aire de baignade actuelle.

Parmi les camps que nous avons visités, il n’était pas rare de voir des bannières et des fanions suspendus au plafond, ou encore des plaques et des trophées, relatant les exploits sportifs des campeurs, ornés les murs. D’autres exposaient fièrement des rames, signées par tous les membres de l’équipée, en souvenir d’excursions lointaines. Ailleurs se sont les photos annuelles qui étaient à l’honneur. Certains ont nommé leurs édifices en mémoire de personnes ou d’événements marquants, d’autres sont allés jusqu’à sculpter un totem annuel pour ensuite le dédicacer à l’occasion d’une cérémonie officielle. Parfois, un rituel tire son origine d’une activité née pour répondre à un besoin. Dans votre cas, vous pourriez exposer la carte du terrain au moment de l’inauguration du camp ou une carte dessinée à la main.

Voilà autant de méthodes de voir bien plus loin que son camp. Les transformations sociales, démographiques et technologiques jumelées aux changements à l’écosystème éclatent au grand jour pour alimenter les prises de conscience et les discussions.

Si ces pratiques, ou d’autres, ont cours dans votre camp, vous faites vivre non seulement son patrimoine, mais également les objectifs et réalisations, les attitudes, la camaraderie, la fierté et la détermination des gens qui l’ont fréquenté au fil des ans. Cela dans le but d’amener les campeurs actuels et éventuels, tout comme le personnel, faire partie du patrimoine, à le respecter et, surtout, à le perpétuer.

Si vous connaissez votre passé, vous comprendrez votre présent et vous serez en mesure de savoir où vous allez.

Sondage national de l’ACC

Posté le 1 février 2011 par spreston

Afin de présenter fidèlement l’industrie des camps à la population, aux pouvoirs publics et aux bailleurs de fonds, nous devons connaître l’envergure de l’industrie, ses caractéristiques et son impact sur l’économie. Veuillez suivre les liens ci-dessous pour répondre au premier de cinq questionnaires brefs (seulement cinq questions!), confidentiels et anonymes. Version française http://www.surveymonkey.com/s/LJMH3GL Version anglaise http://www.surveymonkey.com/s/N5C3SD7